Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

01 septembre 2020

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Cablevision: «Je vous assure qu’on ne bloque pas»

Le volume demandé est passé de 30 à 200 installations

Marc-André Sévigny Cablevision

©gracieuseté - Christian Leduc

Marc-André Sévigny, gestionnaire principal des opérations pour Cablevision.

Pointée du doigt par Vidéotron pour expliquer des délais d’installation qui atteignent maintenant quatre mois, Cablevision assure qu’elle fait tout en son possible pour accommoder son compétiteur, mais que la nouvelle bouchée demandée à la dernière minute est trop grosse à avaler. Elle refuse de porter l'odieux de ses retards.

D’entrée de jeu, Marc-André Sévigny, gestionnaire principal des opérations pour Cablevision, rappelle que l’entreprise travaille depuis janvier avec Vidéotron pour la mise en place de son service sur le territoire. «La technologie et tout ce qu’il faut pour prendre les commandes sont en place depuis le 3 avril, conformément à une décision du CRTC. Un processus est prévu pour les revendeurs. Ils doivent afficher à la titulaire, qui est Cablevision ici, leurs prévisions de ventes sur une base régulière, soit aux trois mois selon les mécanismes réglementaires», explique-t-il.

Selon ce dernier, le chiffre de 30 installations par jour est évoqué depuis le début par Vidéotron. «À la fin juillet, on a même reçu un courriel à l’effet que c’est toujours le bon chiffre. Or, au début du mois d’août, coup de théâtre, le chiffre a changé pour 200 installations par jour. Si je fais une analogie, Cablevision dans ce modèle d’affaires est un peu comme un traiteur qui a été invité à préparer un buffet pour 30 personnes. Mais il apprend la journée même en arrivant sur le site qu’il y a finalement 200 convives. Vous comprendrez que le risque est assez élevé de manquer de nourriture, d’assiettes, de chaises, de tables, etc.», fait valoir M. Sévigny.

Question de personnel

Dans la foulée de ce changement soudain d’orientation, Cablevision a rencontré Vidéotron et proposé des mesures pour augmenter la cadence. «D’après leur réaction dans les médias, ils ne sont pas contents de la vitesse proposée. Mais c’est une question, pour nous autant que pour eux au niveau des techniciens, d’embaucher suffisamment de personnel pour traiter leurs demandes d’activation», affirme le gestionnaire principal des opérations pour Cablevision.

Il ajoute que la notification par écrit pour ces changements est récente et que son entreprise a l’obligation légale de mettre en place ce qu’il faut pour respecter les prévisions de ventes du revendeur. «S’ils avaient dit qu’on passait de 30 à 40 par jour, ç’aurait été plus facile à accommoder, mais là, de 30 à 200, c’est un facteur assez différent. C’est presque dix fois plus. Il faut trouver, embaucher et former des gens, il y a un délai pour ça», indique Marc-André Sévigny.

Mauvaise planification?

Cablevision assure qu’elle n’est pas de mauvaise foi dans ce dossier. «D’aucune façon. On ne bloque pas. On travaille fort, il faut embaucher des gens, tout comme Vidéotron. Je peux vous assurer qu’on rencontre le volume convenu et un peu plus. Et ça va probablement s’ajuster en montant, mais ça ne se fait pas en claquant des doigts. Je ne connais pas d’entreprises capables d’absorber un changement de cap aussi soudain», souligne M. Sévigny.

Il s’interroge d’ailleurs sur ce revirement soudain de Vidéotron, qu’il attribue soit à une mauvaise planification ou à la crainte de la venue d’un troisième joueur dans le marché (Ebox), annoncée dans une nouvelle de Radio-Canada le 21 juillet dernier. Il met aussi en doute la capacité de Vidéotron de pouvoir effectuer 200 installations par jour en Abitibi-Témiscamingue. «Même si on met ça à quatre installations par jour, il faudrait 50 techniciens, 50 véhicules, etc. C’est beaucoup. Mais des fois, quand on est pris d’un bord, on pousse sur l’autre», laisse-t-il planer.

 

Commentaires

2 septembre 2020

Pierre Belanger

pourquoi les bouffons de cablevision "accote" pas les prix de videotron?? car le marketing de cablevision n'a pas de vison d'avenir du tout, posez vous pas la question pourquoi tant de client on transféré vers videotron, ma facture d'internet a chuté de plus de 40%. Depuis février 2020 que j'appelais cablevision pour voir ce qu'ils allaient faire et le "pauvre" service à la clientèle me disait qu'ils savaient pas, fallait passer par le marketing... 1er setptembre 2020 plus de 3500 foyers sont pret a attendre 4 mois... HÉ LE MARKETING!!! YA TU KÉKUN???

3 septembre 2020

Pierre-Luc Marsan

C'est clair que les dirigeants de Cablevision ont fait et continuent de faire de graves érreurs. Il ont la population contre eux a cause d'un abus systémique, et leur seule tactique est de faire preuve de mauvaise volonté. Il ne font que retarder l'inévitable, au lieu de perdre des clients au nombre de 200 par jour il les perdent au rythme de 30. Si j'était un investisseur ca serait le son de cloche pour vendre mes actions parce que je voit pas comment il vont se relever, surtout aprés la poursuite en cours.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média