Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

05 septembre 2020

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Feu vert pour cultiver les friches abandonnées

La région contient la plus grande réserve de terres cultivables au monde

Friches

©Patrick Rodrigue

Il ne sera plus obligatoire d’obtenir une autorisation ministérielle pour remettre en production agricole une friche abandonnée depuis moins de 30 ans.

À compter de 2021, les agriculteurs de la région n’auront plus à obtenir une autorisation ministérielle pour remettre en culture une friche abandonnée depuis moins de 30 ans.

Cette mesure fait partie des assouplissements au Règlement sur l’encadrement d’activités en fonction de leur impact sur l’environnement (REAFIE) édictés par Québec le 2 septembre. Celle-ci, qui entrera en vigueur le 31 décembre, est saluée comme une excellente nouvelle par la Fédération régionale de l’UPA d’Abitibi-Témiscamingue (UPA-AT).

«Il s’agit pour nous d’un gain majeur qui fera baisser de façon importante les coûts et les délais pour les gens intéressés à développer des projets agricoles en Abitibi-Témiscamingue, a indiqué Pascal Rheault, président de l’UPA-AT. Notre région constitue actuellement la plus grande réserve de terres arables non exploitées en Amérique du Nord. Plusieurs milliers d’hectares pourraient être mis en culture relativement facilement. L’Abitibi-Témiscamingue recèle donc un potentiel agricole immense, surtout dans un contexte de changements climatiques où ses conditions en 2050 devraient être devenues les mêmes que dans le Sud du Québec.»

Durant les six premiers mois de l’année, 22 fermes ont vu le jour en Abitibi-Témiscamingue, alors que 6 ont fermé leurs portes. Il s’agit de la première fois en 10 ans où ce solde est positif. «En six mois, 2200 hectares auparavant en friche ont été mis en culture. Uniquement en élevage bovin, pour simplement revenir au niveau de production de la région au tournant des années 2000, on estime avoir besoin de 30 000 hectares supplémentaires de pâturages», a signalé M. Rheault. Dans ce contexte, les assouplissements au REAFIE deviendront donc très intéressants.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média