Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

08 septembre 2020

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Des frères qui veulent révolutionner l’assurance vie

Ils lancent une protection inclusive pour les jeunes familles

Félix Jacomo Deschatelets

©gracieuseté

Félix et Jacomo Deschatelets font équipe au sein de leur startup, Emma.

Jugeant inacceptable que les femmes enceintes aient de la difficulté à se doter d’une protection adéquate, Félix et Jacomo Deschatelets ont lancé une assurance vie inclusive adaptée à leur réalité. Ils souhaitent maintenant révolutionner cette industrie au Canada avec leur startup Emma.

Le président Félix Deschatelets et son frère cadet Jacomo, vice-président marketing, sont originaires d’Amos. Ils ont quitté la région pour les études et ont fondé depuis trois entreprises, dont la startup Emma (emma.ca). Un autre Amossois, Guillaume Plante, s’est joint au projet à titre de vice-président technologies.

«À la base, nous sommes des courtiers d’assurance. Quand on a lancé Emma, en août 2018, on était vraiment en mode 100% courtiers. Et après quelques centaines de clients, ce dont on s’est rendu compte, c’est qu’il y avait un type de clientèle qui répondait très bien à notre marketing et notre branding: les jeunes mamans», raconte Félix Deschatelets.

Or, ils ont dû trop souvent essuyer des refus des assureurs pour cette clientèle. «Ils évoquaient des problèmes liés au fait d’être enceinte, soit la prise de poids, un diabète de grossesse, une dépression post-partum, ou encore un accouchement difficile. Soit les compagnies les refusaient carrément, soit leurs demandes étaient différées: on ne dit pas oui, on ne dit pas non, revenez dans un an», poursuit le jeune président de 28 ans.

Emma assurance vie

©gracieuseté

La signature visuelle d’Emma, avec le «e» légèrement incliné pour laisser entrevoir comme un sourire, une volonté de Jacomo.

Pas de bon sens

Ils se retrouvaient donc dans l’inconfortable position d’annoncer à une future maman qu’ils ne pouvaient l’assurer. «Ce n’est pas la nouvelle la plus le fun à annoncer. On reste humain là-dedans et on trouvait que ça n’avait juste pas de bon sens. Pour nous, c’était inconcevable que ça reste comme ça, il fallait réparer cette injustice-là. On a appelé les assureurs et on les challengés à créer un produit et un projet de tarification avec les actuaires qui iraient dans le sens où on arrêterait de traiter la naissance d’un enfant comme une maladie, mais plutôt comme une condition qui ne nuit pas au dossier d’assurance», explique Félix Deschatelets.

Humania Assurances a répondu à l’appel. «Avec eux, on a développé au cours de la dernière année un produit large, qui permet d’assurer autant les hommes que les femmes entre 18 et 39 ans, mais sans discriminer la femme enceinte. On a alors relancé les clientes qu’on avait dû refuser et le mot s’est propagé, à un point tel que les femmes représentent peut-être 70 % de notre clientèle», fait valoir Félix Deschatelets.

Emma assure aussi les enfants jusqu’à 25 000 $, sans aucune question sur la santé, ce qui permet de protéger ceux qui vivent avec un handicap.

Simple et accessible

Emma innove de plus sur le plan technologique. L’application basée web répond à des besoins très actuels. La startup offre aussi une plateforme de clavardage pour accommoder le rythme de vie souvent effréné des jeunes et futurs parents. Environ 90% des demandes sont faites sur un appareil mobile.

«Plus on avançait, plus on voyait qu’on devait créer nos propres produits, des solutions adaptées aux milléniaux et aux jeunes familles qui voulaient acheter 100% en ligne, sans nécessairement parler à quelqu’un au téléphone. Ils voulaient que ce soit rapide, ne pas attendre 4 à 6 semaines avant d’avoir un contrat. Nous, la police s’émet instantanément. Ils ne voulaient pas faire de bilan sanguin, de test d’urine ou d’examen médical. Il n’y a rien de tout ça dans le produit qu’on a bâti. On a vraiment une approche unique au Canada», fait valoir Félix Deschatelets.

Emma a récemment étendu ses services en Ontario et travaille pour couvrir tout le Canada dès cet automne. «Ce qu’on veut, c’est bâtir la compagnie d’assurance la plus aimée des Canadiens et des jeunes familles. Nous sommes très présents sur les réseaux sociaux. Et dans ce qu’on fait, la distribution en ligne, nous avons la croissance la plus rapide au Canada», affirme Félix Deschatelets.

Établie à Montréal, Emma emploie 10 personnes, nombre qui pourrait doubler, voire tripler, en 2021 dépendamment de la croissance de l’entreprise à l’échelle canadienne.

 

Sensibilité et sens… des affaires

Au sein d’Emma, Félix et Jacomo Deschatelets ont pu jumeler leurs expertises respectives, dans la planification financière et le marketing. Ils mettent aussi en commun les valeurs humaines et entrepreneuriales acquises à la maison. Leur mère éducatrice spécialisée a été famille d’accueil près de 30 ans. Leur père, très impliqué dans la communauté, œuvre dans l’assurance et la planification financière depuis de nombreuses années. «On a toujours eu des pensionnaires handicapés à la maison. Et autour de la table, ça parlait d’assurances tout le temps avec mon père. Il nous a fait faire du porte-à-porte à l’âge de 12-14 ans pour lui booker des rendez-vous. Ce fut notre première expérience entrepreneuriale», rigole Félix.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média