Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

08 septembre 2020

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

Nathan Darveau: reculer pour mieux avancer

Le cerbère rouynorandien retranché par les Tigres de Victoriaville

Nathan Darveau

©LHJMQ/Denis Morin

Nathan Darveau a été retranché par les Tigres de Victoriaville. Il poursuivra son parcours avec les Inouk de Granby dans la Ligue junior AAA du Québec.

Le gardien rouynorandien Nathan Darveau s’est présenté avec Victoriaville avec optimisme. Il souhaitait percer l’alignement des Tigres. Cependant, il était aussi conscient que la tâche n’était pas simple.

«Je me doutais un peu que j’allais être retranché parce que les deux gardiens de l’an dernier étaient de retour, mais je voulais quand même donner le meilleur de moi-même. Je garde le cap et je vais être prêt l’an prochain», a-t-il lancé avec assurance.

Rappelé l’an dernier en raison d’une blessure, le jeune homme de 17 ans avait disputé deux matchs, remportant une victoire. Cette année, en présaison, il a disputé un très bon match contre l’Océanic de Rimouski repoussant 35 des 36 lancers dirigés vers lui. «Ç’a vraiment bien été, surtout que j’ai raté les trois premiers jours du camp en raison d’un streptocoque», a-t-il relaté.

S’il avait démontré son talent à Louis Robitaille l’an dernier, c’est un nouvel entraîneur-chef qui était avec les Tigres lors de ce deuxième camp en Carl Malette. «Carl m’a entraîné deux ans avec Équipe Québec. Il me connait et je sais qu’il croit en moi. Leur directeur général m’a expliqué pourquoi ils m’ont retranché et qu’il avait hâte de me revoir», a-t-il évoqué.

«Je vais faire tout mon possible pour que, l’an prochain, je joue dans la LHJMQ», a-t-il ajouté.

Un camp plutôt spécial

Avec la pandémie, les camps d’entraînement avaient un autre look. «Avec le masque, le lavage de masques, c’est différent. Mais, dans les chambres, ça reste pareil aux dernières années. On ne doit pas toucher à tout, mais, au fond, ça reste du hockey», a-t-il soutenu.

La plus grosse différence, selon lui, c’était l’absence de partisans.

«Je ne me rappelle pas quand j’ai joué sans ambiance comme ça. Même novice, tu as tes parents, tes grands-parents qui sont là et crient, t’encouragent. Au moins, après les arrêts de jeu, il y avait de la musique» - Nathan Darveau

Et un peu moins de moutarde après les arrêts? «Assurément», a répondu du tact au tact Nathan Darveau en riant.

La suite des choses

À 17 ans, ce n’est pas les options qui manquaient pour le gardien de 5 pieds 8 pouces. Il pouvait retourner avec les Forestiers d’Amos dans le midget AAA, emprunter la voie du hockey collégial ou se tourner vers le junior AAA où ses droits appartenant aux Flames de Gatineau jusqu’à tout récemment. Ses droits ont été échangés aux Inouk de Granby dans les derniers jours.

«J’ai adoré mes deux ans avec les Forestiers, mais je me sens prêt pour le junior. C’est pourquoi j’ai choisi de rejoindre Granby. C’est proche de Victoriaville, ce qui me permet de rester une option pour eux, et c’est un bon programme», a-t-il lancé.

Partir avec ses bagages

Contrairement à de nombreux jeunes collégiens qui savent depuis longtemps dans quel cégep ils étudieront, pour Nathan Darveau, tout s’est joué dans les derniers jours. «Mon agent a fait tout un travail parce que je n’ai pas vraiment eu à me préoccuper de l’inscription au cégep ou d’autres choses comme ça. Je m’en vais à Granby et, mon travail, ce sera de performer autant dans mes études que sur la patinoire», a-t-il confié.

«Pour la première fois, je vais être loin de l’Abitibi-Témiscamingue. Je ne suis pas stressé, je suis surtout fébrile. J’ai hâte que tout commence», a-t-il ajouté.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média