Carrières dans votre région Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com Guide resto

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

10 septembre 2020

Sophie Rouillard - srouillard@lexismedia.ca

Yves-François Blanchet: «Il faut être la voix des communautés autochtones»

Le chef du Bloc québécois de passage dans la région

Yves-François Blanchet, politique, Bloc Québécois

©Sophie Rouillard - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois, était de passage dans la région le 10 septembre.

Lors de son passage en Abitibi-Témiscamingue dans la journée de jeudi, le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a fait valoir la volonté de son parti de mettre de l’avant les enjeux autochtones et d’être véritablement la voix des différentes communautés. 

Yves-François Blanchet et ses deux députés régionaux, Sylvie Bérubé et Sébastien Lemire, ont rencontré des personnalités et des citoyens issus des communautés autochtones de la région, tel Oscar Kistabish, président du Centre d’amitié autochtone de Val-d'Or. «Lorsqu’on reconnaît que nos relations avec les Premiers Peuples sont de nation à nation et que nous sommes sur des territoires où nos coexistons, c’est la moindre des choses d’avoir des rencontres», indique le chef bloquiste. 

En marge d’un point de presse à Val-d’Or en fin de journée, le politicien a notamment souligné son désir de mettre en valeur les enjeux touchant la culture autochtone. «Après une rencontre qu’on a eue aujourd’hui (jeudi) avec la communauté de Pikogan, nous avons convenu d’ajouter à notre plateforme l’importance d’ajouter des sommes pour la vitalisation des langues autochtones, indique Yves-François Blanchet. Pourquoi? Parce que les archiver pour se rappeler qu’elles ont existé, ce n’est pas suffisant. Les langues, les traditions et la culture autochtones doivent vivre.» 

M. Blanchet s’est également dit très touché par les difficultés qu’éprouvent les communautés concernant les coupures dans les budgets des écoles, qu’il qualifie d’une erreur administrative, mais aussi de l’accès aux denrées alimentaires à prix raisonnable. «Il est inacceptable que des besoins fondamentaux comme l’alimentation ou le logement soient offerts de façon aussi honteuse, affirme M. Blanchet. La pression qu’on va mettre sur Ottawa pour être la voix des peuples autochtones sera maintenue.» 

Yves-François Blanchet, politique, Bloc Québécois

©Sophie Rouillard - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Sébastien Lemire, député d’Abitibi - Témiscamingue, Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois, et Sylvie Bérubé, députée d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou.

Transport aérien: «Du manger mou sans saveur» 

Par ailleurs, Yves-François Blanchet a profité de son passage dans la région pour faire connaître son appui pour donner un coup de pouce à l’Abitibi-Témiscamingue et au Nord-du-Québec concernant la desserte aérienne. 

«Il faut que le fédéral fasse en sorte qu’Air Canada ne puisse pas revenir faire du dumping et casser les prix sur le dos des entreprises qui essaient de développer de façon durable la desserte, précise-t-il. Une intervention réglementaire doit être faite.  

«De plus, Ottawa a prêté 800 millions $ à Air Canada et je serais bien curieux de voir les termes. Mais comme Air Canada a abandonné les régions, j’affirme qu’environ 200 millions de cet argent-là devraient être envoyés à Québec pour qu’il soutienne la desserte aérienne en région. Ensuite, chaque aéroport a ses propres enjeux. Il faut que le ministre arrête de nous servir du manger mou sans saveur quand on lui pose des questions au parlement. On va se faire très insistants.» 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média