Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

13 octobre 2020

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

L’Agora des Arts demeure en péril malgré 3 M $ de plus de Québec

La balle est dans le camp du gouvernement fédéral

Agora des Arts

©Gracieuseté

Le projet d’agrandissement de l’Agora des Arts de Rouyn-Noranda est en péril en raison de l’explosion des coûts reliés à la pandémie.

Malgré une rallonge de 3 M $ du gouvernement du Québec, le projet de rénovation de l’Agora des Arts de Rouyn-Noranda demeure en péril en raison de explosion des coûts prévus de 60 %.

La ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, a annoncé l’aide supplémentaire, le 13 octobre. Malgré cela, Réal Beauchamp, directeur général et artistique de l’Agora des Arts, lance un cri d’alarme. Il craint pour l’avenir de la salle de spectacle. «On tente de faire comprendre à Patrimoine Canada que ce n’est pas une histoire d’esthétique, de confort ou de beaux éclairages. C’est une histoire de survie, tout simplement», a-t-il lancé. 

Désuétude et sécurité 

Construite en 1931, l’ancienne église du Vieux-Noranda est désuète et ne répond plus à toutes les exigences en matière de sécurité. Le projet de rénovation est essentiel pour répondre à cet enjeu. M. Beauchamp craint d’être contraint de procéder à des travaux de mise aux normes, lesquels devraient ensuite être détruits, lorsque le financement du projet global aboutirait. 

De plus, si l’Agora des Arts ne parvient pas à assurer les mises aux normes requises, l’organisme se verra dans l’obligation de fermer ses portes en attendant que les fonds nécessaires soient enfin disponibles. 

Projet de longue haleine 

Sur les planches à dessin depuis 2009, le projet de transformation de la salle de spectacle a subi de plein fouet les conséquences de l’incertitude liée à la COVID-19. Lors de l’ouverture des soumissions, le 28 mai, l’estimation des coûts dépassait de plus 60 % celle prévue au moment de l’appel d’offres. Selon les responsables, le budget du projet est ainsi passé de 8,4 M $ à plus de 14,3 M $. 

Cet écart s’expliquerait par l’explosion des coûts liés aux mesures sanitaires applicables sur les chantiers en plus de ceux rattachés au financement et aux honoraires professionnels majorés. Un montant de 1 % du budget de construction doit aussi être consacré à une œuvre d’art intégrée à l’architecture ou à l’environnement du lieu. 

Il manque toujours près de 3 M $ 

Le gouvernement du Québec s’était engagé à assumer 78 % de la facture, le fédéral devait en couvrir 14 %, tandis que l’Agora des Arts devait combler la différence. Aujourd'hui, la contribution du gouvernement provincial est passée de 6,7 M $ à 9,6 M $, la mise de fonds de 700 000 $ de l’Agora des Arts devra augmenter, mais par-dessus tout, l’engagement du gouvernement canadien, qui se fait toujours attendre, reste essentiel pour combler le manque à gagner de près 3 M $. 

Une campagne de mobilisation a été lancée pour demander l'appui de la population et une pétition est accessible à partir du site web de l’Agora des Arts. En date du 13 octobre, on y comptait 637 signatures. Quelque 75 organismes, institutions et entreprises ont également adressé, à ce jour, une lettre d’appui auprès de Patrimoine Canada. 

 

Commentaires

21 octobre 2020

Alain Déziel

60% d'augmentation des coûts pour des mesures supplémentaires dû a la Covid; ca reviens cher pour du litre de désinfectant. Quand c'est pas la Covid, on nous sort l'argument que l'inflation a fait bondir les coûts (aéroport de Rouyn, carrefour giratoire Évain...) même si l'inflation n'est qu'aux environs 2%. Rien n'est terminé et on évalue a plus de 14,3 M$ pour une utilisation sporadique. Dire que les projets d'une nouvelle piscine ou d'un nouveau centre multisport sont mis de côté alors que l'utilisation serait quotidienne et comblerait un réel besoin. Je crois que tant les municipalités que les gouvernements en sont rendu a investir selon leur capacité a payer quitte a délaisser des projets car la capacité de payer des citoyens n'est pas sans limite.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média