Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

16 octobre 2020

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

«Il brillait et il faisait briller les autres autour de lui»

Le milieu amossois secoué par le décès de Michaël Bédard

Michael Bédard

©gracieuseté

Michaël Bédard

Le départ précipité de Michaël Bédard le 13 octobre a secoué le milieu amossois, qui perd un brillant talent qui vivait pour la scène et un rassembleur de la relève culturelle.

La vie du jeune comédien de 29 ans a été fauchée dans un accident de la route alors qu’il entamait à peine une brillante carrière. Les témoignages d’amour ont déferlé sur les réseaux sociaux dans les heures qui ont suivi le drame ont permis de réaliser à quel point il avait marqué son entourage. «C’est toute la communauté culturelle qui est affligée par son décès», a déclaré le maire Sébastien D’Astous dans une capsule vidéo.

Destiné à s’exprimer, doté d’une extrême sensibilité et d’un charisme indéniable, Michaël Bédard s’est intéressé très tôt à la scène. «J’ai commencé à le coacher à l’impro en secondaire 3. C’est là qu’il a développé sa flamme pour l’improvisation et l’écriture. Il avait un sens du punch incroyable et maîtrisait l’art de tramer une histoire pour en arriver là où il voulait», évoque Bruno Turcotte, des Productions du Raccourci.

Michael Bédard

©gracieuseté - Micha Chopard

Michaël Bédard dans son rôle d’Ivanhoé Frigon, dans Amos vous raconte son histoire, en 2015.

«Il prenait de la place, mais il donnait du jus»

C’est toutefois vers les communications que Michaël Bédard s’est d’abord tourné, avec des études en Art et technologie des médias au Cégep de Jonquière, sans pour autant délaisser la scène, remportant le prix du public à la 33e édition nationale de Cégep en spectacle avec un numéro de théâtre en 2012. À son retour à Amos, il a repris l’impro au sein de Lalibaba, où il s’est avéré l’un des joueurs étoiles, accumulant les honneurs.

«Il performait toujours. Il faisait rire, il faisait pleurer. Oui, il prenait de la place, mais il donnait du jus. Il avait l’esprit vif et un talent fou, mais il en doutait. Il se remettait tout le temps en question. On dirait qu’il ne réalisait pas tout le talent qu’il avait, ni à quel point tout le monde l’aimait. Il était toujours là pour ses amis», raconte son bon ami et partenaire dans plusieurs projets, François Munger.

«Il emmenait ses collègues vers le haut par sa présence, son intensité. Il brillait et il faisait briller les autres autour de lui, corrobore Bruno Turcotte. Je pense qu’il voulait briller dans le cœur de chacun. Parfois, ça pouvait être maladroit… mais au final, c’est ce qu’il va faire, briller dans nos esprits et dans nos cœurs encore longtemps.»

L’appel du théâtre

Michaël Bédard a aussi répondu à l’appel des Productions du Raccourci pour incarner, entre autres personnages, le commerçant Ivanhoé Frigon dans Amos vous raconte son histoire. Il a été de sept des neuf éditions du circuit théâtral historique. Une expérience qui l’aura convaincu de pousser son rêve plus loin, allant chercher un bac en interprétation à l’École supérieure de théâtre de l’UQAM.

«Il avait mordu dans la scène. C’est pour ça que nos chemins se sont toujours croisés. Il était capable de sacrifier beaucoup pour la scène. Je pense qu’il ne vivait que pour ça. Même si dans les derniers temps, il était plus dans l’écriture, je pense que c’est sur la scène qu’il était le plus accompli. En 2018, il a été le metteur en scène d’Amos vous raconte et on a pu voir la qualité de son travail, mais aussi ses qualités de leader auprès de la troupe. Il avait pris le rôle de grand frère, ça le définit beaucoup. Il avait un côté juvénile dans sa personnalité qui fait qu’il ne se mettait pas en rôle d’autorité. Comme un grand frère, il pouvait défier l’autorité et être le best de tous ses amis, ses coéquipiers, les membres de la troupe, avec qui il développait une grande complicité», fait valoir Bruno Turcotte.

 
Michaël Bédard Lalibaba

©Martin Guindon - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Mathieu Proulx et Michaël Bédard, lors d’un match d’impro de Lalibaba en 2013.

Son authenticité, son rôle de grand frère et ce côté juvénile assumé lui auront aussi permis de connecter avec les ados à la Maison des jeunes d’Amos, dont il était l’un des passionnés animateurs.

Des projets plein la tête

Un projet n’attendait pas l’autre pour Michaël Bédard, qui en plus de continuer à jouer de l’impro, animait un podcast, avait un projet de théâtre ambulant et participait au Cabaret des mots de Samuel Larochelle. «Il menait une carrière de générosité, que du cœur tout le temps, souligne Bruno Turcotte. Il ne vivait pas encore du métier, alors il ne faisait que ce qu’il aimait. Et il était très reconnaissant envers ceux qui lui permettaient de le faire.»

«Il débordait d’idées, seconde François Munger. La quantité de projets qu’il avait sur la table. Il était sur le point de reprendre mon émission AT360 à Médiat. On a eu des rencontres pour préparer un documentaire. Dans les derniers mois, il a repris tous les textes de son projet d’écriture quotidien 365 jours de peine d’amour pour en faire un manuscrit de plus de 600 pages qu’il a envoyé à des maisons d’édition. C’était son rêve de le faire publier.»

Le mot de la fin revient à Michaël Bédard. Sur le site internet de Bain public, un collectif théâtral dont il est l’un des fondateurs, il répond à la question Dans 10 ans, je serai… «le plus polyvalent possible, évoluant avec l’art et essayant d’y rester pertinent dans la démarche et humble dans la pratique».

Une collision sous enquête

Michaël Bédard est décédé dans une collision avec une autopatrouille de la Sûreté du Québec qui a perdu le contrôle sur la route 117 dans le secteur de Mont-Laurier. Puisqu’un policier est impliqué, le Bureau des enquêtes indépendantes tente de faire la lumière sur les circonstances exactes de cet accident mortel.

Présentation de Michaël Bédard de Lalibaba en 2013.

Commentaires

16 octobre 2020

Linda

Merci ????

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média