Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

20 octobre 2020

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

Le Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue à nos portes

L’organisation s’apprête à tenter de réussir l’improbable

Les Vieux Chums

©Gracieuseté

Le film Les Vieux chums de Claude Gagnon est l’un des films à voir selon un des fondateurs du FCIAT, Jacques Matte.

Le Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue (FCIAT) s’apprête à tenter de réussir l’improbable. Tenir un festival, en temps de pandémie, dans des lieux physiques avec une programmation relevée.

«On est chanceux. À date, tout va bien. On va pouvoir présenter un festival intéressant. Je pense que les gens ont besoin de rêver. On a toujours eu un festival chaleureux. Il le sera encore, mais de façon différente», a indiqué l’un des trois fondateurs de l’événement, Jacques Matte, lors du dévoilement de la programmation finale, le 20 octobre.

«On aura moins de monde, mais on va présenter les films d’ouverture et de fermeture deux fois dans la même soirée. Ça va permettre de rejoindre un peu plus de gens. On est quand même chanceux de voir que nos salles de spectacle et de cinéma soient ouvertes», a-t-il ajouté.

Programmation assez spéciale

Diffusée du 31 octobre au 5 novembre, la programmation du FCIAT est aussi assez spéciale. Elle commence et se termine par des films porteurs d’espoir. Au cœur de celle-ci, des thèmes plus durs s’y retrouvent comme la mort.

«Malgré cela, tous les films qu’on a visionnés se terminent quand même bien. On a vraiment une présentation internationale avec plusieurs films primés. Notre festival permettra aux gens de voyager et d’aller partout» - Jacques Matte

Notons aussi une grande variété de films issus de la région. «On a un paquet de nos cinéastes qui ont envie de créer et de raconter. On a de beaux projets à montrer. Je suis persuadé que ces films vont aboutir à une plus large diffusion, autant au Québec qu’à l’international», a fait savoir le cofondateur du FCIAT.

Ce dernier avait quelques recommandations pour les festivaliers. «Parmi les films québécois, le film de Rachelle Roy, Le Club Vinland et Les Vieux chums sont vraiment à voir. Los Lobos sera, selon moi, acclamé par le public», a-t-il exposé.

Des films québécois à l’honneur

Si Le Club Vinland de Benoit Pilon, déjà annoncé, ouvrira le FCIAT, on peut toujours compter sur une programmation québécoise tout aussi bien garnie.

Philippe Falardeau viendra y présenter son film Mon Année Salinger, qui ira ravir ceux qui sont tombés sous le charme de la plume du célèbre auteur américain de L’Attrape-Cœur. Joanna, engagée pour répondre aux courriers des lecteurs du prestigieux auteur, tentera de trouver sa plume.

Notons aussi le film Les Vieux chums, déjà annoncé auparavant, qui abordera le douloureux thème de la mort et celui de l’amitié.

L’international n’est pas oublié

Si, contrairement aux autres années, les artistes de l’extérieur du pays ne pourront être présents à Rouyn-Noranda, le FCIAT a tout de même concocté une belle brochette de films internationaux.

Touchant des sujets plus sensibles, Valley Of Souls et All This Victory seront des incontournables. Le premier suivra le parcours de José, un homme qui revient à la maison pour découvrir que ses deux enfants ont été tués pour ensuite être jetés dans une rivière. Avec son canot, il part à la recherche de leurs corps pour leur offrir le repos éternel. Le second se déroule lors d’un cessez-le-feu entre le Hezbollah et Israël. Quelques heures après la fin de cet arrêt des hostilités, Marwan, qui tente de retrouver son père, aboutit chez un ami de celui-ci, alors que le conflit reprend.

Notons aussi Effacer l’historique, un film où trois voisins partent en guerre contre les géants d’Internet.

Des annonces spéciales

Au cours des dernières semaines, le FCIAT avait annoncé une imposante délégation de films régionaux. Mené par le film de Rachelle Roy, Danser sous la pluie, où la réalisatrice documente son combat contre un cancer du sein, cette pléthore de films régionaux touchera un tas de sujets plus distincts les uns que les autres.

On peut penser à Passage de Sarah Baril Gaudet, premier long-métrage de la Témiscamienne, où elle raconte le parcours de Gabrielle et Yoan, deux jeunes du Témiscamingue qui explorent la transition vers l’âge adulte.

Beatriz Médiavilla (Still Feel You With Me), Geneviève et Matthieu (L’Opéra d’or) ainsi que Jérémie Monderie-Larouche et Martin Morrisette (Quand l’amour ne suffit pas) sont les autres réalisateurs de la région qui présenteront leur œuvre.

Les billets

Les billets pour les films seront mis en vente le 22 octobre dès 9h sur TicketAcces et au Théâtre du Cuivre. Seules les personnes résidant à la même adresse pourront s’asseoir côte à côte. Pour ce type de billet, il faudra cependant téléphoner à la billetterie du Théâtre du Cuivre pour effectuer l’achat.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média