Carrières dans votre région Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com Guide resto

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

22 octobre 2020

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Desjardins ferme des points de service en invoquant des raisons de sécurité et d’achalandage

Fermeture définitive des points de service Desjardins de Landrienne, Cadillac et Évain

Caisse Desjardins Rouyn-Noranda

©Photo Le Citoyen – Thierry de Noncourt

Les risques pour la sécurité des employés travaillant seuls en présence d'une voûte seraient en cause dans la décision de Desjardins pour les points de service d’Évain et de Cadillac.

Les conseils d’administration des Caisses Desjardins de l’Est de l’Abitibi et de Rouyn-Noranda ont décidé de ne pas rouvrir les points de service de Landrienne, de Cadillac et d’Évain, fermés depuis le début de la pandémie.

Desjardins invoque des raisons de sécurité et une diminution importante de l’achalandage. Elle serait la seule institution financière au Canada à permettre à un employé de travailler seul dans un centre de services avec voûte de sécurité contenant de l’argent, ce qui représenterait des enjeux de sécurité importants et mettrait à risque la sécurité des employés. 

Risque de hold-up 

Chantal Parent, PDG de la Caisse Desjardins de Rouyn-Noranda, reconnaît que cette décision est en partie liée à la pression des assureurs et des risques de vols à main armée. «Vous savez, dans les petits commerces, un montant très minime est permis. Chez nous, cette situation ne peut plus perdurer. C’est vrai que les assurances sont partie prenante de cette décision, de longue date avec des lumières rouges allumées, parce qu’on ne doit pas prendre de risque avec la sécurité de nos employés», a-t-elle expliqué. 

Le dernier vol à main armée dans une institution financière de la région remonterait à 2004, alors qu’un homme avait dévalisé la CIBC à Val-d’Or avec une fausse mallette d’explosifs. 

Achalandage 

Selon Desjardins, les membres effectuent la presque totalité de leurs transactions financières sans même avoir besoin de se présenter à la Caisse. Pour les points de service d’Évain et de Cadillac, plus de 97 % des transactions seraient réalisées ailleurs qu’au comptoir caissier et moins de 1 % des membres utiliseraient les services touchés. Ces données dataient par ailleurs d’avant le début de la pandémie de COVID-19. 

Un cadeau de départ 

Pour compenser la perte de services, l’institution financière promet de financer un projet local. «La Caisse va réserver un montant de 50 000 $ par secteur (Évain et Cadillac), à partir de son Fonds d'aide au développement du milieu, pour développer un projet qui va créer de la valeur pour les familles qui n’utilisent plus le comptoir de service», a expliqué Mme Parent, avant de donner en exemple la bibliothèque de Beaudry, qui a bénéficié d’un tel investissement. 

Les membres concernés par ces changements auront accès à des mesures facilitantes et des solutions personnalisées adaptées à leur situation, selon Desjardins. Les services de guichets automatisés seront aussi maintenus à Évain, malgré un faible achalandage. 

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média