Carrières dans votre région Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com Guide resto

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

26 octobre 2020

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Le Vol du Colibri en péril

Les 155 places de la garderie coopérative sont menacées

Garderie

©Photo Hebdo Rive Nord-archives

La survie de la coopérative de solidarité Le Vol du Colibri est menacée si le gouvernement n’agit pas rapidement pour la transformer en garderie subventionnée.

La coopérative de solidarité Le Vol du Colibri, de Rouyn-Noranda, est en péril, puisqu’elle ne parvient pas à obtenir l’autorisation de se transformer en CPE de manière a assurer sa survie et la préservation de ses 155 places.

Le gouvernement a récemment lancé un appel de projets visant à transformer 3500 places de garderies non subventionnées en places subventionnées. Malheureusement, même si elle est confrontée à des pénuries aiguës de places en garderie et de main-d’œuvre, l’Abitibi-Témiscamingue n’est pas éligible à cet appel de projets. 

«Cela fait maintenant 10 ans que la coopérative tente d’être reconnue comme centre de la petite enfance, mais tous les appels de projets à date ne s’adressaient qu’à de nouvelles places. Les employées et utilisateurs du Vol du Colibri fondaient un grand espoir dans cet appel, le premier visant des places déjà en service. Puisque les voies normales sont désormais bloquées, nous offrons au ministre de la Famille de travailler avec lui à trouver un chemin moins fréquenté par lequel la transformation en CPE pourrait s’effectuer et ainsi éviter la fermeture d’un milieu éducatif de qualité qui contribue grandement à la santé économique de Rouyn-Noranda» a expliqué, Marie-Ève Barbe, présidente du conseil d’administration. 

La situation financière de la coopérative est précaire. «On peut encore faire un bout, mais c’est grâce à la subvention salariale du gouvernement fédéral. Pour être capable d’arriver, il faudrait demander 52 $ par jour à nos parents. [Eux] qui paient déjà des impôts, qui servent à financer des CPE, auxquels ils n’ont pas accès. En plus, ils doivent payer plus cher pour faire garder leurs enfants», a-t-elle déploré. 

168 places trouvées, 155 perdues? 

Le gouvernement prévoit l’ajout de 508 nouvelles places en milieu subventionné en Abitibi-Témiscamingue, dont 168 à Rouyn-Noranda. Pour France Caouette, coordonnatrice générale du Vol du Colibri, cette proposition manque de logique si la coopérative est contrainte de fermer ses portes et que 155 enfants se retrouvent sans garderie. 

L’ouverture de maternelles 4 ans a aussi eu un effet pervers pour le Vol du Colibri, puisque le ratio est de 1 éducatrice pour 10 enfants de 4 ans, mais de 1 pour 8 enfants pour les moins de 4 ans. Un ratio plus élevé permet de dégager la marge financière nécessaire pour assurer plus de places en pouponnière. 

Les places libérées par les maternelles 4 ans ont incité des parents à quitter le Vol du Colibri pour des places en CPE moins chères, ce qui a entraîné un mouvement de 71 enfants à la coopérative. Malgré les initiatives gouvernementales, les places en CPE demeurent largement insuffisantes pour répondre à la demande à Rouyn-Noranda. La fermeture de la coopérative ne ferait donc qu’empirer la situation. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média