Carrières dans votre région Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com Guide resto

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

28 octobre 2020

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

La Fonderie Horne prend le virage de l’économie circulaire

Moins de minerai, plus de recyclage

Fonderie_Horne

©Glencore Canada Fonderie Horne

La Fonderie Horne de Glencore Canada, à Rouyn-Noranda, est le principal recycleur de matériel électronique des Amériques.

La Fonderie Horne de Glencore Canada porte son regard vers l’avenir et cherche de nouvelles sources d’approvisionnement tout en travaillant à améliorer son bilan environnemental.

Lors d’une conférence prononcée à la fin septembre devant la communauté d’affaires de Rouyn-Noranda, le directeur général du complexe industriel, Yves Brouillette, a rappelé que la Fonderie Horne est le plus grand producteur de métaux précieux et de cuivre en Amérique du Nord et qu’elle est le plus grand recycleur de matériel électronique de toutes les Amériques. Elle emploie près de 660 personnes et génère plus de 1850 emplois indirects. 

Rouyn-Noranda, capitale du recyclage 

La transformation métallique demeurera toujours la raison d’être de la fonderie, mais celle-ci cherche à s’adapter aux nouvelles réalités et à s’approvisionner dans un contexte où le minerait brut est de plus en plus rare. L’arrivée massive des voitures électriques sur le marché devrait offrir de nouveaux débouchés, notamment pour le cuivre. 

«On veut capitaliser sur l’économie circulaire et sur la filière du recyclage», a indiqué M. Brouillette, en suggérant que l’ancien modèle de consommation linéaire du «tout au dépotoir» était désormais désuet. «Nous avons des ressources limitées et il faut s’assurer de les maximiser, a-t-il fait valoir. Nous sommes bien positionnés pour contribuer à la revalorisation [des matières recyclables].» 

Mine du futur 

Aujoud’hui, environ la moitié du cuivre à recycler québécois est acheminé à la Fonderie Horne. «Mais il y en a la moitié qui s’en va principalement sur le marché asiatique, a précisé Yves Brouillette. Le potentiel de recyclage au Canada est énorme, ça dépasse de beaucoup notre capacité de traitement.» 

L’usine ne tourne pourtant pas à pleine capacité. Glencore possède deux usines de recyclage américaines qui alimentent la Fonderie Horne. Annuellement, 50 000 tonnes de déchets électroniques sont ainsi recyclées à Rouyn-Noranda, dont moins de 5 % proviennent du Québec. «La mine du futur, c’est aussi de récupérer ce qui est disponible dans les grandes villes. On a des opportunités. Tout ce qui peut venir chez-nous, c’est sûr qu’on va le prendre», a lancé M. Brouillette. 

Pour des raisons structurelles, les coûts d’opération sont plus élevés à Rouyn-Noranda qu’en Asie. L’entreprise dispose en contrepartie d’un accès à des ressources humaines et à des services de qualité supérieure. De plus, il importe de souligner que les fonderies asiatiques sont généralement soumises à des règles environnementales beaucoup moins sévères et qu’elles contribuent davantage à la dégradation environnementale globale. 

 

La Fonderie Horne en chiffres

660

Emplois directs 

1850

Emplois indirects 

368 M $

Activités économiques générées 

145 M $

Dépenses en biens et services 

500 000 $

Dons et commandites par année 

2,4 G $

Valeur des anodes 

500 M $

PIB du Québec généré 

24 M $

Revenus fiscaux au gouvernement du Québec 

820 000 T

Capacité annuelle 

210 000 T

Anodes de cuivre produites par an 

640 000 T 

Acide sulfurique 

50 000 T

Matériel électronique recyclé annuellement 

Commentaires

29 octobre 2020

pierremorissette

ou vont ils prendre le fondant silice

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média