Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

02 novembre 2020

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Vers l’électrification des véhicules miniers

La plus grosse batterie québécoise sera fabriquée par Adria

Exemple de camion minier electrique modèle Z-40, mis au point en 2018 par Artisan Vehicles de Kirkland Lake

©Photo Artisan Vehicles

De nouveaux camions miniers de 40 tonnes, 100 % électriques, seront développés au Québec, en partie grâce à l’expertise d’Adria Power Systems de Rouyn-Noranda. Sur la photo, le modèle Z-40, mis au point en 2018 par Artisan Vehicles de Kirkland Lake.

Les gouvernements du Canada et du Québec ont annoncé un investissement de 3,6 M $ destiné au développement de véhicules miniers 100 % électriques, le 2 novembre. Deux entreprises de la région sont impliquées dans le projet.

L’Institut du véhicule innovant (IVI), Propulsion Québec et le Conseil national de recherches du Canada (CNRC), se sont associés avec Adria Power Systems, Fournier et Fils, Dana TM4 ainsi que Nouveau Monde Graphite, pour la conception et le développement d'un système de propulsion électrique pour un camion minier.  

Le projet prévoit le développement de la plus grosse batterie jamais développée au Québec. Il s’agit d’une batterie de 400 KW/H capable d’alimenter un camion Western Star de 40 tonnes et en mesure d’opérer dans une mine à ciel ouvert du Nord québécois. L’investissement, de l’ordre de 3,6 M $, développera le premier véhicule lourd 100 % électrique capable d’opérer en conditions nordiques. 

Deux entreprises de la région au cœur du projet 

Les premiers essais du prototype en milieu réel sont prévus en 2022. Adria Power Systems, de Rouyn-Noranda, sera responsable de l’assemblage de la batterie et du développement d’une borne de recharge à grande puissance. Les camions seront ensuite mis à l’essai sur le site d’une carrière de Fournier et Fils de Val-d’Or et sur le site de la mine de Nouveau Monde Graphite à Saint-Michel-des-Saints, dans Lanaudière. 

En passe de devenir un leader 

Selon le gouvernement, le Québec aurait la capacité de recycler jusqu’à 95 % des batteries, ce qui permettrait la mise en place d’une véritable filière d’économie circulaire qui inclurait l’exploration, l’exploitation, la transformation et le recyclage. 

Le projet annoncé le 2 novembre pourrait permettre d’éliminer plus de 80 000 litres de diesel par véhicule annuellement et ainsi éviter l'émission de plus de 220 tonnes de gaz à effet de serre. Le Québec pourrait ainsi devenir un leader du domaine, selon le gouvernement. 

«On doit être là aujourd’hui pour être prêts en 2030, quand cette masse de véhicules électriques va être au rendez-vous. On projette avoir plus d’un million de voitures électriques en 2030 au Québec», a déclaré Jonatan Julien, ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles. 

Commentaires

5 novembre 2020

Paul-Émile Therrien

J’aimerais savoir le 5% de résidu restant sur des millions de batteries va devenir des montagnes la destruction de la nature par l’exploitation des matériaux et la pollution pour l’exploitation ne deviendront pas comme les incinérateurs des années 1960 le nucléaire par la suite car toutes ses belles initiative non jamais été autre que néfastes pour la planète

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média