Carrières dans votre région Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com Guide resto

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

06 novembre 2020

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

FCIAT: «J’ai peur, mais j’y vas pareil!»

Une bouffée de culture qui a fait du bien

FCIAT Théâtre du cuivre

©Gracieuseté - FCIAT/Louis Jalbert

Le Théâtre du Cuivre a été la porte sur un échappatoire du monde connu.

Le Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue (FCIAT) et son film d’ouverture, le Club Vinland du réalisateur Benoit Pilon, partagent une phrase qui décrit bien ce que l’évènement a été cette année en temps de pandémie. «J’ai peur, mais j’y vas pareil!»

Dans la scène où le jeune élève, terrifié de monter sur scène, se fait lancer cette phrase par son enseignant démontre un peu ce que le FCIAT a été cette année en relevant le défi de présenter des films devant public. «On a tiré le maximum dans les conditions. Le public est heureux. J’ai rencontré beaucoup d’habitués qui étaient vraiment content», a souligné Guy Parent, un des trois fondateurs de l’évènement.

«Les gens vivent avec les restrictions partout. Ils sont déjà sensibilisés. On ne voulait pas nécessairement en remettre une couche. On s’est limité au masque, aux deux mètres et à la façon de sortir de la salle. L’équipe a tout simplement été extraordinaire et elle l’a fait avec le sourire», a-t-il ajouté.

Le réalisateur Philippe Falardeau a aussi livré un vibrant témoignage à un évènement qu’il a appelé, en ces temps difficile, le poumon culturel du Québec.

«Je pense que ça résume très bien ce qu’on a tous besoin. On a besoin de respirer la culture. Une fois assis, les gens sautaient dans un autre monde. Ils voyageaient. Ils changeaient de vie» - Guy Parent

Programmation diversifiée

La programmation du FCIAT a aussi permis de découvrir des films d’un peu partout. Le film Los Lopos (Les Loups) du réalisateur Samuel Kishi a émerveillé les gens avec son histoire touchante de la persévérance d’une mère mexicaine qui immigre aux États-Unis avec ses deux enfants à la poursuite d’une vie meilleure.

Mais le Club Vinland de Benoit Pilon s’est frayé un chemin dans le cœur du Festival avec son plaidoyer pour les enseignants. «Je pense que le Club Vinland a vraiment donné le ton. On a ramené les gens les souvenirs de ses enseignants marquants et leur importance. C’est aussi un film qui est plein d’espoir, qui mise sur l’intelligence des enfants», a évoqué Guy Parent.

Le FCIAT a aussi sorti de ses sentiers habituels avec la présentation d’Opéra d’Or. «On était aussi heureux de présenter le film de Geneviève et Matthieu. C’était un film expérimental qui est un peu différent de ce qu’on propose. Il était bien filmé et c’était le fun de voir cette différence dans notre programmation», a souligné M.Parent.

Le FCIAT, l’enseignant des cinéastes d’ici

Comme l’an dernier, la région a encore su offrir des productions de qualité lors du FCIAT. De Danser sous la pluie de Rachelle Roy à Quand l’amour ne suffit pas à Passage de Sarah Baril-Gaudet, les cinéastes de la région ont répondu présent.

«Ç’a toujours été notre point de vue d’avoir un festival qui ressemble à qui on est. On avait des références quand on a créé l’évènement, mais on ne voulait pas faire comme les autres. On voulait que ce soit notre création, notre invention. Qu’on fasse découvrir l’Abitibi-Témiscamingue aux créateurs qui venaient ici», a mentionné Guy Parent.

«Je pense que c’est la même chose avec nos cinéastes. Ce sont leur point de vue sur leur région, sur les enjeux ou les sujets qui les touchent», a-t-il ajouté.

Et, un peu comme son film d’ouverture, le FCIAT a su ouvrir les yeux aux passionnés de la région qui reviennent ainsi montrer leurs œuvres ici. «On sème un esprit, une passion sur leur chemin. Ensuite, le Cégep et l’Université ont fait le reste. Bon nombre d’étudiants ont pu être inspiré par les enseignants d’ici pour ensuite développer leur travail», a évoqué M.Parent.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média