Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

13 novembre 2020

Accusé d’abus d’autorité, l’agent Chamberland nie tout

Les audiences sont terminées

2620memoires

©Archives

Un policier de Val-d’Or fait face au Comité de déontologie policière.

Accusé d’avoir abusé de son autorité auprès d’un adolescent en 2018, l’agent de police Mathieu Chamberland a nié catégoriquement les gestes qui lui sont reprochés, alors qu’il témoignait devant le Comité de déontologie policière, le vendredi 13 novembre.

La version des faits du plaignant, qui avait 16 ans lors des événements remontant au 24 juin 2018, est bien différente de celle du policier de la Sûreté du Québec à Val-d’Or, qui est représenté par Me Marco Gaggino. 

Tout aurait commencé, à la base, par des propos lancés par le plaignant à l’endroit des agents Mathieu Chamberland et Alexandre Giguère-Asselin, qui étaient en discussion avec un adolescent lors d’une intervention à un party d’après-bal du secondaire, qui se déroulait dans une résidence privée. Le plaignant leur aurait crié qu’ils n’avaient ni le droit de toucher à un mineur ou d’être sur place, car l’agent Giguère-Asselin avait agrippé le même adolescent avec lequel ils discutaient par le bras pour lui parler loin des autres fêtards. 

Abus de force ? 

Selon Mathieu Chamberland, après que le plaignant eut refusé à deux reprises de s’identifier auprès des agents de la paix, après avoir fait ses commentaires, les choses se sont envenimées. 

Si le plaignant assure avoir ensuite été empoigné par la gorge par l’agent Chamberland pour le faire sortir d’un véhicule, le policier déclare quant à lui n’avoir touché l’adolescent qu’en apposant une main sur son épaule et sur son bras gauche. 

Le jeune individu aurait insulté les policiers en les traitant de «sauvages» et de «corrompus», en plus de faire une scène de colère que l’agent Chamberland a comparée à celle «d’un enfant qui fait une crise à sa mère à l’épicerie». 

Le plaignant, qui a finalement été dirigé vers le véhicule des policiers, a filmé les agents pendant un certain moment. L’adolescent a ensuite été raccompagné chez ses parents. 

Rappelons que l’agent Chamberland est accusé d’avoir abusé de son autorité pour avoir rédigé une accusation contre la présumée victime sans justification, de l’avoir intimidé ou menacé et pour avoir utilisé la force sans droit.  

Plaidoiries 

Les audiences, qui se sont déroulées par visioconférence les 27, 28 et 29 octobre ainsi que le 13 novembre, sont désormais terminées. Les avocats des deux parties, soit Me Valérie Deschênes et Me Marco Gaggino, devront maintenant transmettre leurs plaidoiries à la juge Louise Rivard par écrit. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média