Carrières dans votre région Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com Guide resto

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

LHJMQ

Retour

14 novembre 2020

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Huskies-Foreurs: l’animosité monte d’un cran

Quatrième victoire d’affilée pour Val-d’Or

Foreurs vs Huskies 13-11-20

©Photo: Le Citoyen/Dominic Chamberland

Le match de vendredi soir entre les Huskies et les Foreurs a donné lieu à quelques mêlées. L'équipe valdorienne a maintenant savouré la victoire à ses quatre dernières sorties, dont trois contre sa grande rivale de Rouyn-Noranda.

Jeu rude, rapide et excitant, brasse-camarade, revirements, pénalités à profusion, nombreuses chances de marquer, beaux arrêts des gardiens, échappées, beaucoup de buts, alouette! Ce n’est pas l’action et l’émotion qui ont manqué vendredi soir au Centre airCreebec dans le match remporté 5-4 en prolongation par les Foreurs face aux Huskies. En fait, il ne manquait qu’une bruyante foule pour compléter le tableau!

Tirant de l’arrière 4-3 en fin de troisième période, l’équipe valdorienne a trouvé le moyen de coller une quatrième victoire quand Jacob Gaucher a créé l’égalité avec 73 secondes à écouler au temps régulier, avant de préparer le but décisif de Justin Ducharme dans la première minute du surtemps. Pour Ducharme, il s’agissait de son deuxième but de la soirée, de son sixième en seulement quatre matchs.

À l’instar de Gaucher, Justin Robidas et Maxence Guénette ont inscrit un but et une aide chacun dans cette rencontre pour les Foreurs, pendant que le défenseur Thomas Pelletier fournissait trois passes. Chez les Huskies, qui ont maintenant récolté six points de classement à leurs quatre dernières sorties (fiche de 2-0-2), Alex Beaucage et Mathieu Gagnon ont ajouté un but et une aide à leur dossier.

Huskies et Foreurs remettent ça dès samedi sur le coup de 16h à l’Aréna Iamgold pour le match revanche de ce programme double. L’équipe rouynorandienne tentera de battre ses grands rivaux régionaux pour la première fois cette saison, après avoir perdu les trois premiers duels de l’édition 2020-2021 de la Guerre de la 117.

Renaud fier, Pouliot déçu

L’entraîneur-chef des Foreurs, Daniel Renaud, s’est dit enchanté de l’effort de ses hommes vendredi soir malgré leur indiscipline, eux qui ont permis pas moins de huit jeux de puissance aux Huskies (allouant un seul but). «Je n’ai jamais été aussi fier de notre caractère collectif, a lancé Renaud. La victoire a été difficile à aller chercher, il a fallu rebondir très fort après avoir tiré de l’arrière 0-2, 2-3 et 3-4. À mes yeux, cette victoire a plus de valeur que celle contre Sherbrooke et les autres contre Rouyn-Noranda, parce qu’on a vu les gars compétitionner comme jamais», a-t-il mentionné.

«On n’a pas joué notre meilleur match, a pour sa part laissé tomber l’entraîneur-chef des Huskies, Mario Pouliot. Nous avons travaillé fort, mais on a commis trop de revirements. J’ai aimé notre première période, on a bien freiné la vitesse des Foreurs, mais leur but en désavantage numérique en début de deuxième période nous a mis sur les talons. On a ensuite voulu jouer attaque contre attaque, ce qu’on ne peut pas faire contre Val-d’Or. On n’avait pas le même sentiment d’urgence qu’à nos trois matchs précédents et les Foreurs n’ont pas eu à travailler très fort pour obtenir leurs chances de compter. Il faut trouver le moyen de ‘’closer’’ le match (Val-d’Or avait joué le même tour aux Huskies il y a deux semaines à l’Aréna Iamgold). On sait qu’on peut rivaliser avec eux, on est très confortables contre les Foreurs. On va prendre le point et on sait ce qu’il faut faire demain (samedi) pour l’emporter», a défilé Pouliot.

Ça chauffe…

L’animosité entre les deux formations de l’Abitibi a grimpé d’un cran au cours de cette soirée fertile en émotions et en rebondissements. Les arbitres en ont eu plein les bras pour freiner les ardeurs des deux camps et à un certain moment, ils ont envoyé six joueurs d’un coup au banc des punitions – trois de chaque côté – à la suite d’une mêlée qui a éclaté en début de troisième période. Le feu serait-il en train de prendre dans la Guerre de la 117?

«Quand deux clubs s’affrontent pour la neuvième fois dans l’année (en incluant les matchs pré-saison), ce sont des choses qui peuvent arriver, a signalé Mario Pouliot. Les Foreurs ont montré de l’impatience, on les a dérangés pour leur faire prendre des punitions, mais je ne comprends pas comment on a pu se retrouver en désavantage numérique après que Guénette soit intervenu deux fois comme troisième homme et que Gaucher ait fait partir le casque d’un de nos joueurs dans l’escarmouche. Je suis satisfait de la façon dont nous avons affiché notre mentalité de guerrier dans ce match. On n’a pas d’affaire à être impressionnés par eux (les Foreurs)», a-t-il raconté.

Daniel Renaud n’a pas été étonné non plus de voir la marmite chauffer entre les deux rivaux naturels. «C’était à prévoir, considérant les nombreux affrontements entre les deux équipes, et je suis content de voir nos joueurs réagir comme ils l’ont fait. C’est un bon test de notre force de caractère, a-t-il souligné. Des joueurs adverses tentent de nous déranger, mais on se concentre sur nos gars et nous avons aussi des joueurs pour remplir ce type de rôle. C’était une ‘’game’’ d’émotions, on se croyait en pleines séries éliminatoires et non au mois de novembre, il y avait beaucoup d’ambiance sur notre banc. Je préfère ce genre de match à d’autres où il ne se passe pas grand-chose», a indiqué Renaud.

Il sera intéressant de voir à quel point ça va brasser samedi lors du match revanche à Rouyn-Noranda, mais c’est souvent quand on s’attend à des débordements qu’il n’arrive absolument rien.

Pelletier durement frappé

On ne sait pas si cet incident pourrait envenimer les choses, mais le joueur étoile Jakob Pelletier a mis un bon moment pour se relever et quitter la patinoire, à l’aide du soigneur des Foreurs, après avoir été durement frappé par Alex Beaucage au début de la prolongation, vendredi soir.

Estimant que la mise en échec était légale, les arbitres n’ont pas sévi sur la séquence, mais Daniel Renaud voyait les choses autrement. «Les patins (de Beaucage) ont quitté la glace et il y a eu contact à la tête», a soutenu le pilote des Foreurs, qui ne connaissait pas la condition de Pelletier au moment de l’entrevue.

Commentaires

15 novembre 2020

Michel Beaucage

Renaud, cé rien qu'un BRAILLARD!!!

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média