Carrières dans votre région Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com Guide resto

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

21 novembre 2020

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Fénelon, un camp minier qui se laisse désirer

La région se compare à la Faille de Cadillac, mais plusieurs éléments freinent son développement

Wallbridge_Fenelon

©Wallbridge Mining Company

Le projet Fénelon fait partie d’une série de gisements très prometteurs dans la région de la faille géologique de Sunday Lake.

Face au potentiel qu’il offre pour le développement de mines d’or, la faille géologique de Sunday Lake, qui s’étend de la frontière ontarienne jusqu’à l’est de Matagami, aurait pu – et même dû – devenir un camp minier depuis longtemps. Plusieurs circonstances ont cependant freiné son essor.

Vice-président à l’exploration chez Wallbridge Mining, Attila Péntek a expliqué pourquoi lors du congrès Xplor 2020 de l’Association de l’exploration minière du Québec. Wallbridge développe en effet le projet Fénelon dans ce secteur, un projet qui, en raison de son ampleur, a même fini par donner son nom à ce nouveau camp minier en émergence.

«D’octobre 2016 à octobre 2018, nos excellents résultats de forage et leur constance ont fait grimper notre capitalisation boursière de 10 M $ à 700 M $. C’est la preuve que l’exploration peut encore générer de la valeur au Québec», a fait valoir M. Péntek. Wallbridge croit tellement dans le potentiel minéral de la région qu’en l’espace de seulement quelques années, elle a acquis pas moins de 900 km2 de claims miniers dans le secteur.

Un mort-terrain qui handicape

Pourtant, en dépit de son apparente richesse, le camp minier de Fénelon demeure largement sous-exploré. Contrairement à des secteurs beaucoup plus isolés, la région ne peut invoquer la difficulté d’accès, puisque de nombreux chemins sillonnent l’endroit. La principale raison vient plutôt de l’importante épaisseur de matière organique qui recouvre le sol minéral.

«Ce mort-terrain rend difficile l’interprétation géologique de la région, a expliqué Attila Péntek. Comme il y a très peu d’affleurements rocheux, la majeure partie de l’information provient de levés magnétiques. Et le forage est très en retard par rapport au sud de l’Abitibi. Par exemple, sur les 90 km de longueur où s’étendent nos propriétés, on a réalisé en moyenne 442 mètres de forage par kilomètre carré. Cela correspond à environ un ou deux trous seulement. De plus, ils sont concentrés dans des secteurs très restreints.»

Mieux comprendre

C’est pourquoi Wallbridge concentrera ses efforts à mieux comprendre combien et de quelle manière se sont produits les événements géologiques qui ont amené la formation de dépôts d’or dans la faille de Sunday Lake ainsi que la pertinence et le rôle des minéralisations qu’elle a déjà découvertes en argent, en cuivre, en zinc et en plomb.

«Nous avons planifié 150 000 mètres de forage en 2021, dont 10 à 15 % à travers la totalité de nos 900 km2 de propriétés, a fait savoir M. Péntek. Nous devrions produire un premier estimé de ressources pour Fénelon à la mi-2021 avec comme objectif de démontrer le potentiel multimillionnaire en onces d’or du système ainsi que l’exploitabilité à ciel ouvert de la zone Area 51.»

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média