Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

25 novembre 2020

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

Congé des Fêtes: une opportunité pour l’enseignement à distance

Une répétition générale pour les écoles de la région en cas de changement de zone

École d'Iberville

©Jean-François Vachon - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Les écoles secondaires de l’Abitibi-Témiscamingue prodigueront de l’enseignement à distance à leurs élèves au retour des Fêtes afin de se préparer au cas où la région passerait éventuellement en zone rouge.

Les ajouts des congés des Fêtes par le gouvernement du Québec apporteront plusieurs changements en région, alors que la majorité des écoles sont toujours ouvertes et accueillent des élèves en leurs murs.

Dans le cas du Centre de services scolaire de Rouyn-Noranda, les ordinateurs commandés pour l’éventuel enseignement à distance sont finalement tous arrivés. «Ils seront distribués au cours des prochaines semaines à nos élèves au fur et à mesure que les services informatiques les configureront», a souligné la directrice des services éducatifs, Anne-Frédérique Karsenti. 

Les ajustements pour les congés des 17 et 18 décembre seront plus faciles. «On doit assurer le seuil minimal d’enseignement, que ce soit par des travaux ou des lectures à faire. Les enseignants devront assurer un contact avec les élèves», a signalé la directrice générale du Centre de services scolaire du Lac Abitibi, Isabelle Godbout. 

«Il y a souvent des activités ludiques à cette période de l’année, d’où la souplesse du Ministère. Les enseignants devront tout de même assurer un contact, répondre aux questions, etc.», a ajouté Mme Karsenti. 

La grande répétition 

Les journées des 6, 7 et 8 janvier au secondaire serviront de grande répétition générale pour les centres de services scolaires de la région. Le travail pour accomplir cette transition est cependant immense pour les organisations pour trois jours d’enseignement. 

«Pour nos écoles, je vois cela de façon positive. Ce sera une belle pratique avec nos outils technologiques pour voir les problèmes et se réajuster» - Anne-Frédérique Karsenti 

«Je vois ces journées de deux façons. Pour nos services informatiques, c’est vraiment un gros travail de tout préparer. En même temps, on est très chanceux d’être en zone jaune, mais il faut penser que si on devenait une zone rouge, on aurait besoin d’un support informatique important. Pour nos écoles, je vois cela de façon positive. Ce sera une belle pratique avec nos outils technologiques pour voir les problèmes et se réajuster. En vivant cela pour trois jours avec le secondaire, on sera en mesure de voir qui a besoin de formation, qui est solide et peut aider ses collègues, ce qu’on doit changer, etc.», a souligné Anne-Frédérique Karsenti. 

Les centres de services scolaires doivent faire preuve de réactivité depuis le début de la pandémie. «Depuis le mois de mars, on vit ce genre de changement qui peut arriver rapidement. On prend les informations, on fait un pas de recul, on pose les questions, on consulte nos syndicats et nos directions. Quand on a créé notre protocole d’urgence, on voulait tenter de prévenir l’imprévisible», a souligné Mme Karsenti. 

L’enjeu d’Internet 

En région, la vitesse d’Internet peut être problématique. «Au secondaire, on respectera l’horaire des élèves. Les élèves qui n’ont pas accès à une connexion internet pourront se présenter à l’école», a fait savoir Isabelle Godbout. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média