Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

25 novembre 2020

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

L’année noire des mines

Les investissements miniers ont reculé de 8,5 % en 2019

Mine_Vezza

©Ressources Nottaway

Parmi les interruptions temporaires ou permanentes d’opérations qui ont marqué l’année 2019 figure la fermeture définitive de la mine Vezza de Ressources Nottaway, au sud de Matagami.

Alors qu’on prévoyait que les investissements miniers allaient bondir de 12,3 % en 2019 pour atteindre 3,656 milliards $, le bilan final aura été tout autre, alors que le Québec a plutôt enregistré une baisse de 8,5 % pour se fixer à 2,978 milliards $.

C’est ce qui ressort de l’édition 2019 du Bulletin Mines en chiffres, publié le 25 novembre par l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) à partir des réponses fournies par 326 compagnies minières et sociétés juniors d’exploration contactées dans les neuf premiers mois de 2020. Le rapport signale également que, selon les intentions exprimées par les répondants, les dépenses d’investissement dans le secteur minier devraient encore reculer de 2,4 % en 2020 pour s’établir à 2,907 milliards $.

Sans surprise, avec 94,0 % de tous les investissements miniers, les trois principales régions minières du Québec en 2019 demeurent le Nord-du-Québec (1,325 milliard $), l’Abitibi-Témiscamingue (933 M $) et la Côte-Nord (543 M $). L’Abitibi-Témiscamingue a subi la plus importante baisse (-21,6 %), tandis que la Côte-Nord a enregistré un recul de 9,9 %. À l’inverse, le Nord-du-Québec est malgré tout parvenu à déclarer une légère hausse de 1,5 %.

Valse de fermetures

Les dépenses engagées pour les complexes miniers – travaux d’aménagement, immobilisations, réparation et entretien – ont globalement diminué de 8,0 % en 2019 pour totaliser 2,475 milliards $. Quant à 2020, selon les projections de l’ISQ, celle-ci devrait être caractérisée par une baisse supplémentaire de 6,3 % pour des investissements totalisant 2,318 milliards $.

Selon l’ISQ, le recul enregistré en 2019 s’expliquerait en bonne partie par la fermeture temporaire ou définitive de plusieurs mines. Ainsi, au début de l’année, Nemaska Lithium a suspendu les travaux de construction de sa mine Whabouchi en Jamésie et de son usine de transformation de Shawinigan. En février, North American Lithium a annoncé la suspension temporaire des opérations à sa mine de La Corne, avant de se placer, en juin, sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies. Toujours en juin, la Corporation aurifère Monarques a décidé de suspendre pour une durée indéterminée les activités de sa mine Beaufor à Val-Senneville. En juillet, la mine Vezza, qui était opérée au sud de Matagami par la société privée Ressources Nottaway, a cessé définitivement ses opérations. Enfin, à la toute fin de 2019, Nyrstar a annoncé la mise en maintenance et entretien de sa mine de zinc Langlois, à l’est de Lebel-sur-Quévillon.

Sur une note positive, l’année 2019 a tout de même vu une mine passer au stade de la production commerciale. Il s’agit de la mine Lamaque d’Eldorado Gold Québec à Val-d’Or, laquelle a franchi cette étape importante en mars.

Recul en 2019 pour mieux bondir en 2020

En termes de proportions, le secteur de l’exploration a encaissé des reculs plus importants encore que ceux des complexes miniers, enregistrant une baisse de 10,9 % en 2019 pour se fixer à 503 M $. Toutefois, contrairement à la tendance observée chez les complexes miniers, l’ISQ prévoit que les dépenses en investissements dans cette catégorie devraient bondir de 17,0 % en 2020, et ce, en dépit de la pandémie de covid-19, pour s’établir à 589 M $.

Minéraux stratégiques et métaux usuels ex aequo

En 2019, l’or a continué d’occuper la plus haute marche du podium des substances recherchées, accaparant 70,3 % des dépenses engagées en exploration et en mise en valeur, pour un total de 354 M $. Les minéraux employés dans les hautes technologies, dont le lithium et les terres rares, sont arrivés au deuxième rang, avec 66 M $, soit 13,1 % de l’ensemble. Les métaux usuels, dont le cuivre et le nickel, suivaient de très près avec 65 M $, ou 13,0 % du total.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média