Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Environnement

Retour

26 novembre 2020

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

Contamination des sols à Rouyn-Noranda: le résidentiel plus touché

Les lieux publics comme les parcs, les écoles et les garderies respectent les normes

Fonderie_Horne

©Patrick Rodrigue

Dans cette nouvelle étude, la DPSu-AT a analysé des terrains résidentiels, des garderies, des écoles ainsi que des parcs situés dans différents quartiers de Rouyn-Noranda, à l’exception du quartier Notre-Dame, lequel est un cas à part en raison de sa proximité avec la Fonderie Horne. L’étude a cependant évalué les 26 tronçons de ruelle qu’on y retrouve.

Le rapport de la caractérisation préliminaire des sols à l’arsenic, au cadmium et au plomb dans le périmètre urbain de Rouyn-Noranda établit un constat moins préoccupant que prévu, alors que la grande majorité des terrains testés se situent sous les normes prévues au Règlement sur la protection et la réhabilitation des terrains.

Dévoilée le 26 novembre, l’étude de la Direction de santé publique de l’Abitibi-Témiscamingue (DSPu-AT) a analysé des terrains résidentiels, des garderies, des écoles ainsi que des parcs. Ces endroits étaient tous situés dans les quartiers urbains et résidentiels de Rouyn-Noranda, mais pas dans le quartier Notre-Dame, lequel borde le flanc sud de la Fonderie Horne.

Seules les ruelles du quartier Notre-Dame ont été analysées dans le cadre de cette nouvelle étude. Les sentiers de vélo du mont Powell ainsi que la plage du lac Marlon font aussi partie des endroits testés.

Rappelons que dans le premier volet de l’étude de biosurveillance, réalisé en 2018, des 32 terrains analysés par la DSPu-AT, deux affichaient des concentrations supérieures à la norme minimale au niveau du plomb et du cadmium, et sept dépassaient la norme relative à l’arsenic.

Le cadmium plus présent dans les terrains résidentiels

Les résultats de l’étude permettent de démontrer que la pollution des sols de Rouyn-Noranda aux métaux lourds est présente, mais qu’elle ne touche que certains terrains résidentiels et qu’elle se concentre surtout dans le quartier Dallaire et sur la rive sud du lac Osisko.

Sur le plan de l’arsenic et du plomb, seulement 14 terrains résidentiels parmi les 156 analysés dépassaient les normes minimales fixées pour ces métaux. Près de 20 %, soit 33 terrains, ont cependant vu leur concentration en cadmium dépasser les minimums fixés par la loi, soit 5 ppm.

Les terrains publics et les ruelles en bonne situation

La bonne nouvelle de cette étude est surtout que tous les CPE, les garderies en milieu familial, les parcs et les écoles situés au centre-ville de Rouyn-Noranda, excepté dans le quartier Notre-Dame, affichent des concentrations de métaux lourds dans les sols inférieures à la norme prévue au Règlement sur la protection et la réhabilitation des sols. Toutefois, les 26 tronçons de ruelles du quartier Notre-Dame ont aussi affiché des concentrations plus basses que les normes.

«Les améliorations et les travaux de remaniement effectués plus fréquemment sur les terrains publics, comparativement aux terrains résidentiels, pourraient expliquer pourquoi des concentrations plus basses en métaux ont été mesurées sur ce type de terrain. Cette hypothèse reste cependant à valider», écrit-on dans le rapport.

Le cas particulier du mont Powell

Les résultats obtenus dans les pistes de vélo de montagne du mont Powell confirment pour leur part une contamination des sols dans ce secteur. Par contre, les résultats les plus faibles ont été obtenus dans les sentiers où des travaux d’aménagement avaient été effectués, ce qui confirme que la concentration de métaux diminuerait lorsque les sols sont remaniés ou recouverts d’un nouveau matériel.

La Fonderie joue un rôle

Rappelons que les études du professeur Normand Tassé réalisées en 2011 et en 2013 sur le mont Powell avaient démontré que la contamination des sols de ce site était attribuable à la Fonderie Horne.

Suivant cette logique, le rapport de la DSPu-AT indique que, bien qu’il serait pertinent de recueillir des informations supplémentaires sur l’historique particulier de chaque terrain, la contamination serait vraisemblablement attribuable à la Fonderie Horne. Selon son analyse, un seul terrain parmi les 36 étudiés devant subir une réhabilitation aurait été contaminé en raison d’une autre cause.

Recommandations

Le rapport de la DSPu-AT recommande qu’une concertation ait lieu entre la Ville de Rouyn-Noranda, le ministère des Ressources naturelles et le ministère de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques (MELCC) pour formuler des conseils de prévention et de protection en lien avec la contamination du mont Powell.

La DSPu-AT recommande aussi que le MELCC poursuive la caractérisation des 36 terrains contaminés et qu’il réhabilite ceux-ci sous les seuils fixés par le Règlement sur la protection et la réhabilitation des sols.

Rouyn_Noranda_contaminations

©Jean-François Vachon

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média