Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Sports

Retour

02 décembre 2020

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

Le Kanasuta se prépare pour une saison spéciale

De nombreux défis à surmonter

Centre plein air mont Kanasuta

©Archives - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Le Centre plein air du mont Kanasuta fait face à plusieurs défis dans une saison qui s’annonce hors normes.

Le Centre plein air du mont Kanasuta s’affaire à préparer son ouverture. Si l’an dernier, la neige avait été présente beaucoup plus tôt, cette année, elle se fait attendre. De plus, la crise sanitaire amène de nouvelles mesures à mettre en place, tandis que la pénurie de main-d’œuvre apporte d’autres défis.

«C’est une année spéciale. On prévoit toujours ouvrir le 12 décembre pour le moment. On va repartir les canons à neige une troisième fois cette année. L’an dernier, on ne les avait utilisés que quatre fois. La météo n’est pas vraiment avec nous!», a souligné le directeur général, Alain Vanier. 

En vue d’économiser, les autobus vers le mont Kanasuta seront aussi stoppés. «Il y a une question de coûts. Les autobus ont une capacité de 45 personnes, et notre journée la plus occupée à date a été de… 9 personnes. C’est plusieurs milliers de dollars pour quelques entrées à la billetterie. On va analyser les choses en fonction de ce qui va se passer avec notre saison», a expliqué M. Vanier. 

Des changements 

Si, malgré la pandémie de COVID-19, les activités de descente seront semblables, quelques changements auront néanmoins lieu. Le remonte-pente pourra être utilisé, mais avec des restrictions. «Les membres d’une même famille pourront monter ensemble. Sinon, ils vont s’asseoir chacun à l’extrémité du banc», a mentionné Alain Vanier. 

Les plus importants changements concernent l’utilisation du chalet. «Le chalet a une capacité de 400 personnes, mais on la diminue à une centaine de personnes. Ça va changer les habitudes des gens pour le ski. Au lieu de venir passer la journée, ils vont venir un avant-midi, un après-midi ou en soirée», a évoqué M. Vanier. 

«Les gens ne pourront pas vraiment laisser d’objets personnels dans le chalet. Il y avait aussi un côté social au ski qui ne sera plus vraiment possible. Mais on se compte chanceux. Les stations de skis sont fermées à certains endroits», a-t-il ajouté. 

La main-d’œuvre 

Comme toutes les entreprises, le Centre plein air du mont Kanasuta doit donc jouer avec les nouvelles contraintes. «La COVID-19 ne nous aide pas, la température ne nous aide pas plus, et on risque de devoir opérer à une ou deux personnes de moins», a mentionné le directeur général. 

En effet, la pénurie de main-d’œuvre affecte l’organisme à but non lucratif. «Les CV n’apparaissent pas vraiment. Actuellement, il y a des choses qu’on ne pourra peut-être même pas ouvrir. Malgré tout, on va faire notre possible pour offrir le meilleur service dans les circonstances», a souligné Alain Vanier. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média