Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

08 décembre 2020

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Le procès Morin prévu à l’automne 2021

Accusé du meurtre de Serge Paré en septembre 2018

justice

©Photo - Archives

Selon toute vraisemblance, le procès pour meurtre de Stéphane Morin aura lieu au cours de l’automne 2021, soit trois ans après les faits qui sont reprochés à l’accusé.

Le dossier revenait devant le tribunal, mardi au palais de justice de Val-d’Or, lors d’une brève audience par visioconférence présidée par le juge Raymond W. Pronovost, de la Cour supérieure. La Couronne, représentée par Me Jonathan Tondreau, s’est dit prête à aller en procès en mai ou juin prochain, chose toutefois impossible pour l’avocat de la défense, Me Martin Latour, qui sera alors occupé dans d’autres causes.

Le juge Pronovost a donc reporté le dossier au 7 avril prochain, jour où les deux parties devraient en principe fixer les dates du procès – prévu pour une durée de trois semaines – quelque part en septembre, octobre ou novembre 2021. «Compte tenu que la Couronne était disponible pour procéder en mai et juin, ce délai est à la charge de la défense», a indiqué le magistrat.

Rappelons que Stéphane Morin, 57 ans, de Val-d’Or, est accusé de meurtre prémédité (au premier degré) contre la personne de Serge Paré, 61 ans, lui aussi de Val-d’Or, dont le corps sans vie a été découvert dans un camp de chasse du lac Opawica, près de Desmaraisville, au nord de Lebel-sur-Quévillon.

Détenu depuis le jour de son arrestation, le 12 septembre 2018, le suspect écoperait automatiquement de la prison à vie sans possibilité de pouvoir demander de libération conditionnelle avant au moins 25 ans de détention s’il est jugé coupable de meurtre prémédité, la plus grave accusation du Code criminel.

Débat de droit

Le dossier Morin était aussi revenu devant la cour durant quatre jours, la semaine dernière, pour un débat de droit entre la Couronne et la défense sur l’admissibilité ou non en preuve, pour le procès, de certains éléments d’enquête. Le juge Richard Grenier, de la Cour supérieure, a pris la cause en délibéré et rendra sa décision prochainement, à une date indéterminée.

Le dossier Morin s’est beaucoup promené depuis ses débuts, ayant fait le tour des palais de justice de la région (Amos, Senneterre, Rouyn-Noranda et Val-d’Or). L’accusé a notamment changé d’avocat en cours de route et vu le chef d’accusation à son endroit modifié pour passer de meurtre non prémédité à celui de meurtre prémédité. À l’hiver 2019, le juge Grenier a ordonné que Stéphane Morin demeure détenu durant les procédures judiciaires au terme de son enquête sur remise en liberté, avant que la juge Denise Descôteaux ne le cite officiellement à procès lors de son enquête préliminaire, au printemps 2019.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média