Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

11 décembre 2020

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Crise sanitaire: la région devrait quand même bien s’en tirer

Les mines permettront à l’Abitibi-Témiscamingue et au Nord-du-Québec de remonter plus vite la pente en 2021

Hecla_Quebec_Casa_Berardi

©Hecla Québec

Selon Desjardins, l’industrie minière, qui ne s’est interrompue que quelques semaines seulement au printemps, devraient permettre à l’Abitibi-Témiscamingue et au Nord-du-Québec de remonter la pente économique plus vite que les autres régions en 2021.

Si la croissance économique du Québec a été durement affectée en 2020 par la crise sanitaire, l’Abitibi-Témiscamingue et le Nord-du-Québec devraient s’en tirer mieux que les autres régions et même remonter la pente plus vite qu’elles en 2021.

C’est ce qui ressort d’une analyse des perspectives économiques réalisée à l’automne par Desjardins Études économiques et qui a été publiée le 11 décembre. Cette publication coïncidait avec l’ultime étape de la tournée virtuelle «En mouvement pour la relance socioéconomique du Québec», qui a réuni quelque 300 entrepreneurs de l’Abitibi-Témiscamingue, du Nord-du-Québec et de la Côte-Nord, en collaboration avec les chambres de commerce de Rouyn-Noranda, Chibougamau-Chapais et Sept-îles.

«Pour autant que la pandémie de COVID-19 demeure sous contrôles, ces trois régions devraient afficher en 2021 un rebond de leur PIB nominal égal ou légèrement supérieur à celui de l’ensemble du Québec, a indiqué Guy Cormier, PDG du Mouvement Desjardins, par voie de communiqué. Nos économistes prévoient aussi que le taux de chômage de l’Abitibi-Témiscamingue devrait être de 4,5 % et celui combiné du Nord-du-Québec et de la Côte-Nord, de 6,0 %, comparativement à 6,7 % pour le Québec.»

D’intéressants rebonds prévus pour 2021

L’analyse économique de Desjardins révèle que de février à novembre, l’Abitibi-Témiscamingue a perdu 3,7 % d’emplois, contre 2,2 % pour l’ensemble du Québec. On prévoit aussi un repli de 3,0 % du PIB. Cependant, Desjardins prévoit que le PIB devrait bondir de 4,5 % en 2021, grâce en particulier à l’industrie minière, en autant que le virus demeure sous contrôle.

Dans le Nord-du-Québec, Desjardins signale une perte d’emplois de l’ordre de 6,4 %. Cette donnée comprend toutefois également celles de la Côte-Nord. Le PIB devrait y avoir reculé de 2,3 % à la fin de 2020. Cependant, Desjardins envisage un retour important du balancier en 2021, avec une croissance prévue de 7,0 % du PIB dans une économie régionale dopée par les mines et par le plan de développement nordique récemment annoncé par le gouvernement de la CAQ.

La main-d’œuvre, toujours le problème no 1

La recherche de main-d’œuvre pour combler les postes disponibles continuera toutefois de représenter un défi majeur, en particulier pour l’Abitibi-Témiscamingue. Si Desjardins prévoit une démographie positive de l’ordre de 0,1 %, ce sont surtout les naissances supérieures aux décès qui y contribueront, alors que plus de gens continueront à quitter la région que de nouveaux arrivants viendront s’y installer.

Ainsi, alors que l’indice de remplacement était de 100 % en 2006, il n’était plus que de 73 % en 2016 et Desjardins prévoit qu’il atteindra 70 % en 2021. Cela veut dire que pour 100 personnes qui partent à la retraite, il n’y a que 70 personnes prêtes à intégrer le marché du travail.

Pour le Nord-du-Québec, où la démographie devrait grimper de 0,9 %, le problème ne se posera pas, alors que l’indice de remplacement, au contraire, affichera un taux de 144 % en 2021. Il s’agit cependant d’un recul par rapport à 2016, où l’indice était de 163 %. De plus, le portrait de 2021 ne sera en rien comparable à celui de 2006, où la région affichait un impressionnant indice de 267 %.

Confiance

Malgré tout, Desjardins manifeste sa confiance envers les trois régions minières du Québec dans ses perspectives 2021. «Les régions ressources possèdent des atouts clés qui leur permettront de relever leurs défis, dont un tissu industriel qui se diversifie de plus en plus et une intégration des nouvelles technologies qui s’accélère. À cela s’ajoute la présence de nombreux projets de relance économique», peut-on lire dans le rapport.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média