Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

11 décembre 2020

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Retour des étudiants: l’isolement plutôt que le dépistage

S’ils reviennent d’une zone rouge pour les Fêtes

Covid scolaire

©Archives

Le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue et la Santé publique privilégient l’isolement sept jours à l’avance au dépistage de la COVID-19 pour les étudiants qui sont en zone rouge et qui souhaitent rentrer à la maison pour les Fêtes.

Dre Omobola Sobanjo, médecin-conseil à la santé publique, est revenue sur cette recommandation lors du point de presse hebdomadaire, le 10 décembre. Elle faisait alors référence au document mis en ligne sur le site internet et la page Facebook du CISSS à l’intention des étudiants qui souhaitent venir passer les Fêtes à la maison. L’idée, c’est de s’assurer que la région puisse demeure au palier d’alerte jaune.

«Nous misons sur l’isolement plutôt que les tests de dépistage, parce que les tests de dépistage n’informent que sur le moment dans lequel le prélèvement a été effectué. Donc, la consigne, c’est de s’isoler. Si vous avez des personnes qui vont revenir dans la région, c’est important de les informer de limiter, de couper tout déplacement non essentiel au moins une semaine avant leur arrivée ici», a-t-elle expliqué, ajoutant qu’ils devront s’isoler aussi pendant une semaine à leur retour en zone rouge.

Surveiller les symptômes

Une fois dans la région, les étudiants devront aussi limiter leurs contacts avec les gens qui n’habitent pas dans le même domicile, éviter de fréquenter les restaurants et autres lieux publics et de participer à des activités sociales. «Et pendant cette période-là, c’est aussi important que ces personnes surveillent pour le moindre symptôme. S’il y a présence de symptômes, on vous recommande d’appeler la ligne pour avoir un rendez-vous ou aller sur le site quebec.ca pour avoir les coordonnées pour un rendez-vous de dépistage pour la COVID», a insisté Dre Sobanjo.

Cette dernière a rappelé qu’on pouvait facilement avoir un rendez-vous dans la région. «La personne peut aussi avoir son résultat rapidement, ce qui nous permettra d’intervenir si nécessaire, de débuter une enquête et limiter la transmission au sein de notre communauté», a fait valoir le médecin-conseil à la santé publique.

Limiter les contacts

Dre Sobanjo a aussi demandé aux familles qui accueilleront un étudiant de limiter leurs propres contacts. «Si jamais la personne devient positive, il sera important de garder toute la famille en isolement en attendant qu’on s’assure que personne d’autre n’a attrapé la COVID», a-t-elle rappelé.

La santé publique demande donc aux familles de garder une distance de 2 mètres avec leur invité ou de porter un couvre-visage quand c’est impossible. Il est aussi préférable de réserver une chambre et une salle de bain pour l’étudiant. On recommande aussi d’aérer souvent les pièces de la maison en ouvrant une fenêtre. Il leur est aussi demandé de limiter leurs contacts dans la semaine suivant le départ de l’étudiant.

Quelques rappels

La présidente-directrice générale Caroline Roy a aussi profité de sa tribune, le 10 décembre, pour faire certains rappels. D’abord, le CISSS demande aux gens qui présentent des symptômes de la COVID-19 de ne pas se présenter à l’urgence, mais plutôt d’appeler le 8-1-1.

Il invite aussi la population à prioriser l’urgence de leur hôpital pour limiter les déplacements et faciliter la gestion du dossier clinique. Caroline Roy a de plus insisté sur l’importance de respecter la distanciation physique de 2 mètres alors qu’on fait la file à l’extérieur à une clinique désignée de dépistage.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média