Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

11 décembre 2020

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

Un comité pour développer les écoles secondaires

Le CSSRN veut continuer d’améliorer ses écoles

Éducation

©Archives - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Le CSSRN veut développer des classes au secondaire mieux adaptées aux nouvelles réalités.

Le Centre de services scolaire de Rouyn-Noranda (CSSRN) a maintenu en place le comité ayant travaillé à la réorganisation des écoles secondaires. Il lui a cependant donné une nouvelle mission: développer.

«On vise le développement dans son sens large. On se questionne sur le développement des compétences, de stratégies d’enseignement ou de nouvelles concentrations. On veut toujours être meilleur et améliorer nos écoles», a expliqué le directeur général du CSSRN, Yves Bédard. 

Ce comité sert donc, un peu, à adapter l’école au changement qui opère dans la société. «C’est aussi une façon de répondre aux besoins des élèves. Ma génération avait certains besoins, la vôtre en avait d’autres et celle qui est dans les écoles en a de nouveaux. Les choses changent et on doit s’adapter. C’est une façon d’y répondre», a-t-il soutenu. 

Surveillance du midi: toujours un problème 

Les écoles primaires et les services de garde de celles-ci éprouvent encore des problèmes avec le nombre d’élèves à surveiller et la pénurie de main-d’œuvre. En raison de la pandémie, le manque de surveillants sur les heures de dîner est encore criant. «C’est encore un problème. Il y a eu une petite accalmie, mais c’est encore difficile. L’hiver va être une étape», a soutenu, Yves Bédard. 

«On regarde encore différentes options pour le futur, a-t-il enchaîné. On doit peut-être changer nos façons d’offrir les services. Par exemple, on pourrait déplacer des heures de dîner dans des écoles pour permettre aux personnes de travailler plus qu’une heure et demie. Ce n’est pas très sexy comme horaire. C’est un exemple parmi tant d’autres.» 

En route vers les maternelles 4 ans 

D’ici 2023, le CSSRN devra offrir le programme de maternelle 4 ans à tous ceux qui en ont font la demande. «Le plan de déploiement est en train d’être finalisé. Pour le moment, on croit qu’on pourrait accepter 99 % des demandes. C’est difficile de prédire combien nous allons en avoir parce que ce ne sera pas obligatoire. Pour le moment, on croit avoir l’espace en se basant sur le nombre de maternelles 5 ans qu’on a et en estimant le même niveau chez les 4 ans», a mentionné Yves Bédard. Rappelons que les écoles primaires sont déjà presque à pleine capacité. 

Un merci aux anciens commissaires 

Yves Bédard a tenu à remercier le dernier conseil des commissaires de son organisme avant le changement de structure dans le rapport annuel. «Ils ont vraiment eu à cœur de protéger le service à l’élève quand c’était important de le faire», a-t-il mentionné, rappelant que le conseil des commissaires avait choisi, à plusieurs reprises, de ne pas couper dans les services à l’élève malgré les ponctions majeures du gouvernement du Québec à l’époque. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média