Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

28 décembre 2020

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Revue de l'année - juin 2020

Centre-ville piétonnier Rouyn-Noranda _été_2020

©Photo Le Citoyen – Thierry de Noncourt

Alors que s'achève une année 2020 qui n'aura pas été de tout repos, Le Citoyen vous propose un retour sur les événements qui ont retenu l'attention des médias et de la population de la région au cours des 12 derniers mois. Aujourd'hui, le mois de juin.

Un centre-ville piétonnier qui fait jaser

Le 8 juin, la Ville de Rouyn-Noranda déclare que l’axe Perreault-Principale deviendra piétonnier pendant toute la durée de la saison estivale. Si l’annonce est applaudie par les citoyens, alors que plus de 1200 personnes sondées par la Ville se prononcent en faveur, elle reçoit un accueil plutôt tiède de la part de plusieurs commerçants, qui redoutent au contraire que cette initiative n’entraîne une baisse de leur clientèle. Le 23 juin, 75 gens d’affaires font ainsi front commun et demandent à la Ville qu’elle ne déploie son projet que pendant 4 semaines au lieu des 11 proposées. La Ville maintient sa position, mais à la fin juillet, la mairesse Diane Dallaire reconnaît que le projet ne fait pas l’unanimité et assure qu’une évaluation exhaustive aura lieu à l’automne pour voir comment améliorer les éditions subséquentes.

La Plage Kiwanis se refait une beauté

Le 17 juin, la Ville de Rouyn-Noranda entreprend des travaux de réfection des infrastructures à la Plage Kiwanis du lac Noranda. Le chantier, qui doit durer environ deux semaines, entraîne la fermeture de la seule plage publique au centre-ville de Rouyn-Noranda. Cette décision, qui survient en pleine canicule, irrite de nombreux citoyens, qui s’interrogent sur le moment choisi par la Ville pour réaliser les travaux.

Deuxième phase de l’étude de biosurveillance

La présentation des résultats de la deuxième phase de l’étude de biosurveillance, le 19 juin, révèle que les adultes aussi bien que les enfants sont, en moyenne, quatre fois plus exposés à l’arsenic dans le quartier Notre-Dame qu’ailleurs dans la région. L’étude réalisée par la Direction régionale de santé publique constate aussi que les concentrations d’arsenic diminuent avec l’éloignement par rapport à l’usine et que les vents dominants auraient une influence certaine sur cette répartition.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média