Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

21 janvier 2021

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

COVID-19: «On voit la lumière au bout du tunnel»

Le CISSS lance un message d’espoir

Vaccination aînés

©Depositphotos

Malgré un soubresaut de 8 nouveaux cas confirmés en date du 20 janvier, le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue a voulu lancer un message d’espoir alors que la région semble de plus en plus en voie de reprendre le contrôle dans le dossier de la pandémie de COVID-19.

La présidente-directrice générale Caroline Roy a effectivement profité du point de presse hebdomadaire sur la situation épidémiologique, pour rappeler que c’était grâce au respect des mesures plus rigoureuses de confinement et de couvre-feu que la situation «redevient graduellement sous contrôle» dans la région.

«On n’a pas les informations du gouvernement ou du premier ministre sur leurs intentions au-delà du 8 février, mais c’est à nous de faire la différence. C’est clair que si la situation est sous contrôle, que nous sommes capables de confirmer que nous sommes en contrôle, que la population respecte les mesures, que les hospitalisations, la donnée la plus parlante, demeurent peu nombreuses, on espère pouvoir porter le message effectivement que l’on souhaite revenir en zone orange, voire en zone jaune. C’est pour ça que je lance le message à la population de continuer à respecter les mesures strictes, à minimiser le nombre de contacts sociaux», a-t-elle déclaré.

Caroline Roy a aussi insisté sur l’importance de continuer à collaborer avec la santé publique lors des enquêtes épidémiologiques. «C’est une des clés pour lesquelles on est capable de contrôler facilement la situation. L’information est requise et nécessaire pour être capable d’identifier les gens à risque. Merci à tout le monde de répondre à ces questions, d’être très francs et de continuer de donner l’information qui nous permet de contacter les personnes qui ont eu des contacts à risque, de s’assurer de faire un isolement préventif, ce qui permet d’éviter la transmission», a-t-elle affirmé.

«C’est important de maintenir les mesures préventives. On voit la lumière au bout du tunnel, mais il ne faut pas lâcher, ensemble nous allons gagner la bataille», a renchéri Dre Lyse Landry, directrice régionale de la santé publique.

Les cas actifs en baisse

Malgré l’ajout de huit nouveaux cas en date du 20 janvier à 16h, la région a vu le nombre de cas actifs sur son territoire passer de 90 à 83. Les nouveaux cas sont apparus dans la MRC Vallée-de-l’Or (4), la MRC Abitibi-Ouest (2), la MRC Abitibi (1) et Rouyn-Noranda (1).

«La majorité des cas d’hier ont eu des contacts avec des cas déjà déclarés et étaient déjà en isolement. Toutefois, nous avons encore des cas pour lesquels nous sommes toujours à l’enquête pour savoir la source de transmission. Cela indique que le virus circule peu, mais il circule encore», a prévenu Dre Omobola Sobanjo, médecin-conseil en santé publique.

Le nombre de cas actifs est de 32 dans la Vallée-de-l’Or, 21 à Rouyn-Noranda, 17 dans la MRC Abitibi, 9 en Abitibi-Ouest et 4 au Témiscamingue. Le nombre de cas confirmés depuis le début de la deuxième vague (23 août) s’élevait à 484. En date d’hier, 400 personnes étaient tirées d’affaire, soit 15 de plus que la veille, mais on déplorait toujours un décès et une personne était hospitalisée sans être aux soins intensifs.

Le CISSS a effectué 1761 tests de dépistage et environ 200 personnes étaient en isolement préventif. C’est beaucoup moins que les 3289 tests de la semaine dernière. «C’était une semaine exceptionnelle. En général, lorsqu’il n’y a pas une transmission importante, qu’il n’y a pas plusieurs éclosions, la moyenne est toujours entre 1600 et 1800 tests. Donc, nous sommes revenus à notre moyenne hebdomadaire», a reconnu Dre Sobanjo.

Vaccination: élan freiné

La campagne de vaccination va bon train depuis le 26 décembre, alors que 3873 doses avaient été administrées en date du 20 janvier dans la région. La vaccination dans l’ensemble des CHSLD et leurs employés devait être complétée le jeudi 21 janvier. La cible ministérielle de 75% a été dépassée, avec 78% des 694 résidents vaccinés. De plus, 2505 travailleurs de la santé avaient reçu le vaccin. Pas moins de 647 personnes hébergées dans les résidences privées pour aînés (RPA), dont 80% de ceux de Rouyn-Noranda, bien en avance sur le reste du Québec. Toutefois, l’absence de livraison de vaccins autant de Pfizer que Moderna la semaine prochaine viendra freiner l’élan du CISSS.

«Nous étions prêts à vacciner. Nous étions rendus aux travailleurs de la santé dans le secteur d’Amos. Mais compte tenu de l’agrandissement de l’usine Pfizer en Europe, il n’y a personne au Québec qui va recevoir des vaccins la semaine prochaine. Ce n’est que partie remise. Pour le vaccin Moderna, les quantités sont moins importantes et elles sont livrées chaque trois semaines. Nous avons eu une première livraison qui a été utilisée pour les CHSLD. Ils nous ont demandé nos besoins pour les communautés isolées et les RPA. On ne sait pas encore quand sera la prochaine livraison, mais ça devrait être confirmé d’ici une semaine ou deux», a expliqué Dre Lyse Landry.

Les communautés autochtones

La santé publique est par ailleurs à coordonner en ce moment la vaccination dans les communautés autochtones de la région, qui font partie du quatrième groupe prioritaire (communautés isolées). La vaccination devrait avoir lieu en février. «Le nombre de doses requis selon le taux de vaccination prévu a déjà été envoyé au Ministère», a précisé Dre Omobola Sobanjo.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média