Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

22 janvier 2021

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Du jamais vu dans la construction résidentielle

La COVID-19 n’a pas ralenti les nouvelles mises en chantier, bien au contraire

Construction_Rouyn_hiver

©Patrick Rodrigue

Contre toute attente, non seulement 2020 n’a pas vu de ralentissement dans la mise en chantier de nouvelles résidences et édifices locatifs, mais elle est même devenue la deuxième meilleure des 30 dernières années à cet égard.

Alors que ses premiers mois laissaient croire le contraire, 2020 a été la deuxième meilleure année des trois dernières décennie pour la construction résidentielle au Québec. L’Abitibi-Témiscamingue en a aussi bénéficié, avec des hausses impressionnantes des mises en chantier pour Val-d’Or et Rouyn-Noranda.

Selon les données compilées par la Société canadienne d’hypothèque et de logement et rendues publiques le 20 janvier par l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ), 54 006 habitations ont été mises en chantier à travers le Québec en 2020, ce qui représente une croissance de 13 % par rapport à 2019. Depuis 1990, seule 2004 a connu de meilleurs résultats. On y avait alors amorcé la construction de 58 448 habitations.

«Ce résultat est d’autant plus exceptionnel dans le contexte de la pandémie de COVID-19, qui a provoqué une fermeture complète des chantiers du 24 mars au 19 avril, puis une fermeture partielle jusqu’au 11 mai. En fait, les résultats de 2020 ont dépassé toutes les attentes, même les plus optimistes», a déclaré Paul Cardinal, directeur du service économique de l’APCHQ.

D’excellents résultats pour Val-d’Or et Rouyn-Noranda

L’Abitibi-Témiscamingue a profité de cette croissance exceptionnelle. Dans les agglomérations comptant plus de 10 000 habitants, Val-d’Or a connu un bond impressionnant de 189 % de ses mises en chantier, lesquelles sont passées de 61 en 2019 à 176 en 2020. Même son de cloche du côté de Rouyn-Noranda, où ce nombre est passé de 93 à 166 en l’espace d’un an, ce qui s’est traduit par une hausse de 76 %.

Du côté d’Amos, le portrait est demeuré relativement stable. Le nombre de mises en chantier est passé de 34 en 2019 à 32 un an plus tard, ce qui a entraîné une légère baisse de 6 %.

L’APCHQ note par ailleurs que l’activité de construction a pris de l’ampleur dans les localités considérées comme rurales, soit celles comptant moins de 10 000 habitants. Pour tout le Québec, les mises en chantier ont augmenté de 54 %, passant de 4433 en 2019 à 6834 en 2020.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média