Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

27 janvier 2021

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Son passe-temps lui ouvre les portes du monde

Mr. Santé de Rouyn-Noranda signe avec la plus importante étiquette de lo-fi hip-hop de la planète

Mr_Sante_1

©Bonbonbon

Après avoir évolué en solitaire pendant près de trois ans, Mr. Santé voit maintenant les portes du monde s’ouvrir pour lui avec le support de la plus importante étiquette de diffusion du lo-fi hip-hop de la planète.

Si Steve «Anodajay» Jolin a mis Rouyn-Noranda sur la mappe du hip-hop francophone, un autre Rouynorandien est en train de faire rapidement sa marque dans l’univers du lo-fi hip-hop, cette fois à travers le monde.

Carl-Éric Simard-Descôteaux gagne sa vie comme disquaire au Joubec de Rouyn-Noranda. Fasciné par l’ambiance envoûtante et les rythmes lents et hypnotiques du lo-fi hip-hop tout comme par son esthétique nostalgique et grand amateur de hip-hop du début des années 1980, il a décidé d’ajouter son grain de sel dans cette sauce onctueuse qui compte de plus en plus d’adeptes dans le monde. C’est ainsi qu’est né Mr. Santé.

Simple et complexe à la fois

La recette paraît fort simple. Du moins, en apparence. À travers de courtes pièces qui dépassent rarement les deux minutes, des échantillonnages tirés d’une multitude de disques vinyles tournent en boucle en suivant le rythme tranquille de percussions saccadées. Il en résulte une ambiance vaporeuse, enveloppante, envoûtante, qui distille un parfum de nostalgie.

Publicité

Défiler pour continuer

«Je m’inspire du collage breakcore d’Amon Tobin, mais c’est beaucoup plus relax. C’est très minimaliste en apparence, mais ça ne l’est pas du tout en fait. Avec un vieux séquenceur analogique SP-404, j’isole des segments sur une multitude de vinyles. Avec d’autres équipements électroniques, j’ajoute ensuite des effets pour les rendre à mon goût. Puis, je coupe les segments en morceaux selon mon feeling et je recompose une nouvelle pièce. Chacune peut ainsi comprendre des segments tirés jusqu’à une dizaine de vinyles différents», a expliqué Carl-Éric Simard-Descôteaux.

Afin de rester le plus fidèle à l’esthétique des années 1980, l’artiste rouynorandien réalise d’ailleurs pratiquement tout son travail sur des équipements analogiques, dont certains modèles, devenus rares aujourd’hui, sont pratiquement des pièces de musée. «Je ne recours à un ordinateur qu’à la toute fin, quand je suis rendu au mixage et pour créer des enchaînements», a précisé Carl-Éric Simard-Descôteaux.

«J’ai créé Mr. Santé comme passe-temps, quand les autres groupes dont je suis membre sont en pause, et c’est celui-là qui est en train d’exploser» - Carl-Éric Simard-Descôteaux

Le monde frappe à la porte

Depuis 2018, Mr. Santé pond enchaînait ainsi les albums et les EP au rythme de son inspiration, en les diffusant principalement sur les plateformes Spotify et Bandcamp. Mais tout a changé il y a quelques semaines.

«J’ai toujours assuré tout seul la production et la diffusion de ma musique. Un moment donné, je reçois un message de Vinyl Digital, une étiquette allemande qui est LA référence mondiale en lo-fi hip-hop depuis plus de 10 ans. Ils me disent qu’ils aiment ce que je fais et qu’ils souhaitent que je leur envoie un démo. J’ai maintenant signé avec eux une distribution numérique exclusive pour trois ans. Pour moi, c’est un rêve qui se concrétise. C’est encore plus bizarre quand je pense que j’ai créé Mr. Santé comme passe-temps, quand les autres groupes dont je suis membre sont en pause, et que c’est celui-là qui est en train d’exploser», a raconté Carl-Éric Simard-Descôteaux.

Le tout premier album de Mr. Santé sous l’étiquette Vinyl Digital a été lancé officiellement le 22 janvier. Intitulé «Trees», il comprend six pièces toutes inspirées des arbres. «Comme toutes mes autres œuvres, c’est une sorte de bande sonore de la vie de celui qui l’écoute. C’est une musique qui fait partie du paysage», a illustré l’artiste.

Faire découvrir un genre à la fois connu et méconnu

En parallèle avec son contrat avec Vinyl Digital, Carl-Éric Simard-Descôteaux prépare un nouvel album. Celui-ci, qui comprendra une vingtaine de pièces, devrait être disponible d’ici l’été. «Je vais le proposer en téléchargement, mais aussi en format vinyle, évidemment», a-t-il mentionné en riant.

L’artiste souhaite également faire davantage découvrir le lo-fi hip-hop au public québécois. «Mr. Santé est déjà très populaire en Allemagne, en Russie, au Japon et vraiment beaucoup aux États-Unis, mais ça commence seulement au Québec, a-t-il déploré. Pourtant, bien des gens connaissent déjà le lo-fi hip-hop sans le savoir. La petite fille qui étudie sur YouTube, ça vous dit quelque chose? Le problème, c’est que comme c’est une musique plus cérébrale, qui invite l’auditeur à plonger dans son propre univers, c’est quelque chose qu’on découvre seul ou en très petit groupe social. Ce n’est pas le genre de musique qu’on va retrouver dans un festival.»

Mr_Sante_2

©Bonbonbon

Afin de respecter l’esthétique des années 1980, Mr. Santé produit pratiquement toute sa musique à l’aide d’équipements électroniques analogiques.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média