Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

29 janvier 2021

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

Les quatre travaux de Sébastien Lemire

Le député bloquiste se concentre sur quatre enjeux majeurs pour son comté

Sébastien Lemire

©Gracieuseté

Le député d’Abitibi-Témiscamingue, Sébastien Lemire, a dévoilé ses priorités régionales en vue de la prochaine session parlementaire.

Le député d’Abitibi-Témiscamingue, Sébastien Lemire, a dévoilé ses priorités en vue de la prochaine session parlementaire. Les dossiers régionaux occupent une place particulière pour ce dernier. Il les détaille en quatre axes. 

Le bloquiste souhaite d’abord que le gouvernement du Canada s’attaque au développement et à la relance économique. «Je pense que c’est une part importante de la prochaine session, notamment sur le soutien aux entreprises», a-t-il fait valoir. 

Selon lui, une grande partie de l’aide gouvernementale devient un fardeau pour les entreprises. «Les prêts endettent nos entrepreneurs et ça va nuire à leur réouverture lors de la relance. Ça va leur coûter des sous. C’est bien de mettre des liquidités à leur disposition, mais ça va aussi prendre des subventions», a évoqué M. Lemire. 

Il cite le compte d’urgence, qui a permis d’obtenir une certaine portion du prêt en subventions. «Il faut que les programmes qu’on va mettre en place soient aussi flexibles pour répondre aux besoins des entreprises, surtout qu’on ne sait pas combien de temps va durer la pandémie. On ne peut pas vraiment compter sur la vaccination à court terme avec les problèmes rencontrés actuellement», a-t-il soutenu. 

Publicité

Défiler pour continuer

Pénurie d’employés 

Mais le soutien aux entreprises de la région passe aussi par une réponse à la pénurie de main-d’œuvre. «C’était déjà un enjeu pour la région avant la pandémie et ça l’est encore», a souligné Sébastien Lemire. 

Pour le député, il faut aider les entreprises. «Ce que j’entends, c’est que c’est long comme processus. Il faut simplifier les démarches et avoir des services en région pour aider les entreprises à faire les démarches. En ce moment, il y a des entreprises qui ne reçoivent même pas de CV pour des postes affichés», a-t-il fait savoir. 

Desserte aérienne 

Un autre dossier sur lequel Sébastien Lemire compte mettre beaucoup d’énergie est la desserte aérienne. «Il y a des compagnies autres qu’Air Canada qui souhaitent investir dans la région et il faut les soutenir. On ne peut pas continuer avec un transporteur qui n’est pas fiable et qui a prouvé son non-intérêt envers les liaisons régionales», a-t-il lancé. 

Il faut aussi dire que les prix des billets ont toujours été aussi très élevés. Et cela nuit à l’économie régionale, dans les deux sens. «Pour un Montréalais, la Tour Eiffel va attirer plus que le Cap d’Ours au même prix», a illustré le député du Bloc Québécois. 

Le dossier de NAV Canada est aussi très important et il espère que le nouveau ministre des Transports du Canada y portera attention. 

Internet en 2021 

Internet demeure la préoccupation la plus importante, surtout dans le contexte de la pandémie, selon Sébastien Lemire. «On a récemment complété en comité une étude sur l’accessibilité et les coûts abordables. On devrait être en mesure d’émettre des recommandations bientôt. Il est essentiel pour les gens de la région, mais aussi pour tout le monde au pays, qu’ils aient accès à Internet haute vitesse. Présentement, ça nous coûte plus cher que partout ailleurs au Québec. Il y a des iniquités et on ne devrait pas être pénaliser parce qu’on vit en région», a-t-il signalé. 

Des élections en vue? 

Actuellement, plusieurs observateurs de la scène fédérale croient en des élections cette année. De son côté, Sébastien Lemire évoque qu’il n’en souhaite pas, mais qu’il ne peut pas consciemment cautionner des erreurs graves du gouvernement.

«Avant les Fêtes, le gouvernement a décrété la fermeture du Parlement et on en subit encore les conséquences. L’opposition n’est pas un mal nécessaire: elle amène le gouvernement à mieux gérer la pandémie. Il suffit de penser aux programmes d’assurance-chômage, dont les voyageurs revenant au pays pouvaient bénéficier et qu’on va changer grâce à notre intervention. On a ainsi pu réviser des programmes. L’opposition joue un rôle crucial. Aller en élection, ce serait totalement irresponsable de la part du gouvernement, mais je ne cautionnerai pas des choses inacceptables non plus. Combien de pays ont vu leur ministre des Finances quitter en raison d’un scandale?», s’est questionné le député du Bloc Québécois. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média