Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

17 février 2021

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Infrastructures au CISSS: la lumière au bout du tunnel

Plusieurs projets en voie de concrétisation

CISSS IRM fixe CH Amos

©Martin Guindon - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

L’appareil d’IRM fixe devait entrer par l’ouverture dans la paroi du côté ouest, qui sera ensuite refermée en permanence, puisqu’il ne passait pas les portes de l’hôpital d’Amos.

«On commence à voir la lumière au bout du tunnel pour nos projets», s’est réjoui Jean-Yves Poitras, président du comité des immobilisations, lors de la réunion du conseil d’administration du CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue, le 4 février.

Il faut dire que le département des projets du CISSS est en voie de connaître une autre année passablement occupée, où il verra plusieurs projets se concrétiser ou se mettre en branle.

«Par exemple, l’IRM (imagerie à résonance magnétique) à Amos, on est au dernier stade de la construction, avec la finition intérieure. Ça prend forme. On voit des dates de mises en service poindre à l’horizon. On s’en va vers quelque chose de super et à la hauteur des attentes de la région. Pour la radiothérapie, on commence aussi à avoir des échéanciers plus précis», a affirmé M. Poitras.

Pour l’IRM fixe à Amos, Stéphane Lachapelle, directeur des services techniques au CISSS, a expliqué que la fin des travaux était prévue pour le 15 mars. L’appareil devrait entrer en fonction en avril. Quant au centre de radiothérapie à Rouyn-Noranda, l’appareil était livré le week-end du 6 février. «C’est un gros morceau dans tous les sens du terme, a-t-il déclaré. La livraison du centre est prévue en juin avec le début des traitements à l’automne.»

«On sait qu’il va y avoir des travaux en cours à profusion dans la prochaine année et c’est tant mieux pour l’Abitibi-Témiscamingue» - Claude N. Morin

«Je suis très content de vous entendre, M. Lachapelle, surtout dans le dossier de la radiothérapie, qu’on puisse le plus rapidement possible être capable de soigner notre monde chez nous. Vous savez que ce dossier me tient particulièrement à cœur, et à vous tous, j’en suis convaincu. Merci à vous et votre équipe», s’est réjoui à son tour Claude N. Morin, président du conseil d’administration CISSS.

Des maisons des aînés

Les projets de construction des maisons d’aînés ont aussi pris leur erre d’aller. «La problématique, c’est qu’il s’agit d’un nouveau modèle. On est en train de bâtir l’avion en volant et on va essayer d’atterrir avec ce qu’on a bâti. Là où c’est un peu flou, c’est est-ce que les profils et les modèles vont entrer dans les budgets qui nous sont imposés?», a lancé Jean-Yves Poitras.

Une semaine plus tard, le CISSS annonçait que les appels d’offres étaient lancés pour la construction de la maison des aînés de Rouyn-Noranda, avec l’objectif de commencer la construction au printemps pour une livraison à l’été 2022. À Val-d’Or, l’appel d’offres devrait être lancé au début de mars pour un début des travaux au printemps. Et à Palmarolle, les plans doivent être prêts en mars et on anticipe un appel d’offres en mai et le début des travaux à la fin de l’été.

CSA et GMF-U

Les travaux au centre de services ambulatoire (CSA) de Rouyn-Noranda, situé au rez-de-chaussée de l’hôpital, sont quant à eux débutés et doivent se terminer en août. Il s’agira du deuxième à s’implanter dans la région après celui d’Amos.

Du côté de Val-d’Or, la demande de financement pour le GMF-U a été déposée le 19 janvier. Les plans finaux devraient être terminés en mars pour un appel d’offres en avril et un début des travaux en juin.

 

Des retards dans deux projets

En revanche, les travaux d’agrandissement à l’hôpital de Ville-Marie accusent toujours un retard de quelques mois, alors qu’ils devraient se terminer en décembre au lieu de l’été. La pandémie serait en grande partie responsable de cette situation. Du côté d’Amos, l’appel d’offres de la Société québécoise des infrastructures pour les services professionnels dans le dossier du réaménagement de l’urgence n’a pas trouvé preneurs en novembre. Le processus a dû être repris. L’analyse immobilière doit tout de même commencer en mars.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média