Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

07 mars 2021

Du Génies en herbe au Génies en ligne

Les adeptes mesurent leurs connaissances via Zoom

eGenies en herbe

©Capture d'écran

Le groupe de 18 joueurs qui a participé à la rencontre d'éGénies intermédiaire du 13 février dernier.

La pandémie de COVID-19 rend les rassemblements impossibles, mais elle n’empêche pas les mordus des jeux-questionnaires de continuer à mesurer leurs connaissances au Génies en herbe… qui passe en ligne pour devenir l’éGénies.

France et Pierre Galarneau sont bien connus dans la région (et un peu partout au Québec) pour l’importance qu’ils accordent à la culture générale. Les fondateurs de Génies en herbe Harricana, du Club des Ingénieux et des Jeux Abitibiques n’ont pas laissé la pandémie refroidir leurs ardeurs.

«Au mois de mars 2020, lorsqu’il y a eu le premier gros confinement, il y a quelqu’un au niveau provincial qui a lancé l’idée sur Facebook d’organiser des événements de Génies en herbe en ligne, avec l’application Zoom, et ça s’est organisé très vite», explique Pierre Galarneau.

Du eGénies abitibien

Des ligues ont rapidement vu le jour à Montréal et Québec. Mais le couple de Saint-Dominique-du-Rosaire n’allait pas en rester là. «On s’est dit qu’on pourrait faire pareil avec nos gens. On a ici des adultes qui se rencontraient régulièrement pour jouer des parties de Génies en herbe. On a fait du Génies en herbe avec Zoom pour les jeunes, puis on en fait aussi pour les adultes», précise Pierre Galarneau.

«Ça répond à un besoin auprès de ces gens. On retrouve des anciens qui avaient arrêté parce qu’ils n’avaient plus le temps ou qu’ils sont partis à l’extérieur. Maintenant, ils peuvent jouer sans avoir à se déplacer. Ça nous fait plaisir de les revoir et ils ont encore la piqûre», se réjouit France Galarneau.

Jouer de la maison

«L’idée est fort simple, tout ce que ça prend, c’est un ordinateur, Zoom, l’application BuzzIn et une connexion internet. Et environ deux heures de libres pour jouer. Pas besoin de prendre la route dans la tempête. Ça facilite bien des affaires. Je pense que c’est le gros plus qui a fait que les gens ont embarqué. Se faire poser des questions, c’est autant le fun qu’on soit en personne ou par internet», estime Pierre Galarneau.

Ainsi, sur une base régulière, soit environ aux deux semaines, les adeptes se donnent rendez-vous en ligne pour jouer au éGénies. Il y a des rencontres pour les intermédiaires, d’autres pour les joueurs avancés. Le couple est même ouvert à en organiser pour les débutants s’il y a de la demande. Et si des élèves du secondaire souhaitent jouer, ils peuvent se joindre au groupe intermédiaire. Des parties pourraient aussi être organisées pour eux s’ils sont en nombre suffisant.

«On décide tous ensemble de la date. Tant que tout le monde n’est pas arrivé, on pose des questions collectives jusqu’à ce qu’on trouve la bonne réponse. Puis, quand tout le monde est là, on forme les équipes et on joue une vraie partie, avec une question et un droit de réplique. On fait des vis-à-vis, des rachats, etc. Comme dans nos rencontres sociales du mercredi», explique France Galarneau.

Les personnes intéressées à participer peuvent s'informer par courriel au geniesenherbeharricana@hotmail.com

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média