Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

11 mars 2021

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

La COVID-19, un an plus tard

La pandémie aura laissé des marques indélébiles en Abitibi-Témiscamingue

COVID_Mark_Burke

©CISSSAT

Le 26 décembre 2020, Mark Burke, résident au CHSLD Pie-XII de Rouyn-Noranda, est devenu le premier Témiscabitibien à recevoir un vaccin contre la COVID-19.

Un an jour pour jour après que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) eût officiellement octroyé à la COVID-19 le statut de pandémie, l’Abitibi-Témiscamingue affiche un bilan qui, même si sept décès sont à déplorer, demeure néanmoins relativement encourageant.

Le 11 mars 2020, après plusieurs semaines à recevoir des informations préoccupantes en provenance de Chine, puis de l’Europe, l’OMS a pris la décision que tout le monde redoutait et a déclaré officiellement que la propagation du coronavirus SARS-CoV-2, responsable de l’infection à la COVID-19, était désormais une menace d’envergure internationale.

Trois jours plus tard, le 14 mars, le gouvernement du Québec instaurait l’état d’urgence sanitaire partout sur le territoire. En Abitibi-Témiscamingue, les premiers cas de COVID-19, au nombre de quatre, avaient été confirmés le 22 mars et annoncés au public le lendemain. Le 27 mars, le coronavirus faisait une première victime dans la région. Puis, le 4 avril, tout le territoire de Rouyn-Noranda était placé en quarantaine totale, avec des barrages policiers à ses limites.

Deux vagues, trois fronts

Publicité

Défiler pour continuer

Depuis, deux vagues consécutives de COVID-19 ont déferlé sur le Québec. En date du 11 mars 2021, à partir des données compilées la veille à 16h, 885 infections au coronavirus avaient été confirmées à travers l’Abitibi-Témiscamingue en l’espace d’un an, tandis que 839 personnes sont désormais considérées comme rétablies. La COVID-19 a entraîné 69 hospitalisations cumulatives, tandis que la Santé publique lui attribue le décès de sept personnes.

Au cours des 12 derniers mois, le coronavirus s’est manifesté sur trois fronts importants dans la région. Au début de la première vague, il a surtout frappé Rouyn-Noranda, avant de se stabiliser à environ 130 cas confirmés à compter du début de mai.

Puis, au début de la deuxième vague, à l’automne 2020, c’est surtout le territoire de la Vallée-de-l’Or qui en a fait les frais, alors qu’une centaine de cas y ont été répertoriés jusqu’au début de 2021.

Par la suite, au retour du congé des Fêtes, les cas ont explosé dans la MRC d’Abitibi, passant d’une vingtaine à 254 en date du 11 mars 2021, selon les données fournies par l’Institut national de santé publique. Des éclosions dues au variant sud-africain B.1.351, plus contagieux que la version «originale» du coronavirus, expliqueraient en partie cette hausse subite du nombre de cas confirmés.

En voie de stabilisation

Depuis, la situation semble en voie de se stabiliser dans la région. En date du 11 mars 2021, on dénombrait 39 cas actifs de COVID-19 sur le territoire. Un seul nouveau cas a été répertorié au cours des dernières 24 heures, soit à Rouyn-Noranda, tandis qu’une seule personne était hospitalisée en raison du coronavirus. Elle ne reposait toutefois pas aux soins intensifs.

Le portrait actuel fait état de 22 cas actifs dans la MRC d’Abitibi, de 6 cas à Rouyn-Noranda, de 6 cas dans la Vallée-de-l’Or, de 4 cas en Abitibi-Ouest et d’un seul cas au Témiscamingue.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média