Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

29 mars 2021

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Gilles Hamel s'éteint à 74 ans: «J’ai eu une maudite belle vie!»

Gilles Hamel

©Photo: Le Citoyen/Dominic Chamberland

Gilles Hamel, montrant ici fièrement la Médaille de l’Assemblée nationale et les Armoiries de la Ville de Val-d’Or, des honneurs qu'il avait reçus quelques jours plus tôt.

Il avait perdu beaucoup de poids et sa fameuse voix résonnait moins fort, mais son regard vif et son sourire à la fois taquin et complice seront restés intacts jusqu’à la fin. Comme son esprit de journaliste et son sens de l’humour d’ailleurs.

C’est ce qu’on avait pu constater il y a quelques jours à peine quand l'ancien journaliste Gilles Hamel, un véritable monument de l'information régionale, a eu la gentillesse et la générosité de nous recevoir dans sa chambre de la Maison de soins palliatifs La Source Gabriel de Val-d’Or, où il s’est éteint dimanche à l’âge de 74 ans, entouré des siens.

«J’ai eu une maudite belle vie! J’encourage d’ailleurs tout le monde à profiter pleinement de la vie parce que ça passe très vite», nous avait mentionné Gilles, originaire du quartier Bourlamaque à Val-d’Or, qui laisse notamment dans le deuil sa fille Syndie et ses trois petits-enfants.

La famille a fait savoir que les détails entourant les funérailles du célèbre disparu allaient être annoncés dans les prochains jours. La famille Hamel souhaite aussi remercier le personnel de la Maison de la Source Gabriel et encourage le public à faire un don à cet organisme en mémoire de Gilles.

Publicité

Défiler pour continuer

Une pluie d'éloges

À la retraite depuis mars 2013 après une fructueuse carrière de 41 ans comme journaliste télé-radio pour Radio-Nord et ensuite RNC Média à Val-d’Or, Gilles Hamel avait reçu un diagnostic de cancer incurable en février dernier. Le déferlement de messages d’affection, de soutien et d’éloges du public et d’anciens collègues journalistes qui a suivi l’avait autant touché que surpris.

«Il y a quelque chose comme 700 personnes qui m’ont écrit, ça arrivait de partout, ça n’a pas de sens!, a-t-il lancé. Je n’ai pas de mots pour décrire ce que je ressens, je n’aurais jamais pensé que les gens m’appréciaient autant. Je croyais que huit ans après ma retraite, tout le monde m’aurait oublié, mais non. C’est vrai que des gens, dans la rue, me demandaient parfois de se faire photographier avec moi!»

Comme quoi tu étais en quelque sorte devenu une vedette, pour ne pas dire une légende, cher Gilles!, avait-on osé lui faire remarquer. Ce à quoi il allait rétorquer: «Je n’ai jamais aimé le vedettariat. J’étais à l’aise dans le social, sur le terrain.»

«Ici Gilles Hamel, à Val-d’Or!»

Souvent imitée mais jamais égalée, sa mémorable conclusion de reportage prononcée d’une voix profonde et tonitruante, «Ici Gilles Hamel, à Val-d’Or!», aura bien sûr grandement contribué à le rendre célèbre. Mais Gilles Hamel, c’était beaucoup plus que ça. On parle d’un journaliste dévoué à son métier, fouineur et proche des gens. D’un coloré personnage aussi.

«Ça m’a pris trois ans avant de vraiment devenir ‘’Gilles Hamel à Val-d’Or’’, mais un coup que ç’a parti, c’était parti! C’est là que je suis devenu un vrai journaliste, que j’ai trouvé ma vocation, en apprenant sur le tas, a raconté Gilles, pas peu fier d'avoir couvert le tout début des grands travaux de la Baie James, incluant la première explosion, dans les années 1970.

«Avec ce métier, je suis devenu un spécialiste du contact avec le public. C’est sur le terrain, en allant parler directement aux gens, qu’on apprend des nouvelles. Il m’arrivait souvent de travailler de 6h du matin jusqu’à 2h du matin, de faire des journées de 15 à 20 heures! J’étais dans ma bulle, c’était une vraie passion», a relaté Gilles, qui se disait fier d’avoir contribué à former une vingtaine de journalistes au cours de sa carrière. Et reconnaissant envers son mentor, Jean-Marie Gilbert, duquel il soulignait avoir beaucoup appris.

La Médaille de l’Assemblée nationale

Cette passion et ce dévouement lui auront en bout de ligne valu de beaux hommages et de beaux honneurs avant son départ. Gilles Hamel a notamment reçu la Médaille de l’Assemblée nationale des mains du député et ministre Pierre Dufour, il y a une dizaine de jours, en plus de recevoir les Armoiries de la Ville de Val-d’Or. «J’ai été une journée et demie sans dormir après. Ça fait vraiment chaud au cœur», avait-il réagi.

Au revoir et merci Gilles… on ne t’oubliera jamais.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média