Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

28 avril 2021

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Les victimes de Maurice Nadeau devront encore patienter

Reconnu coupable en décembre 2020 d’infractions sexuelles et accusé depuis novembre 2017, il portera sa cause en appel

Palais_justice_Rouyn

©Patrick Rodrigue

Maurice Nadeau pourrait recevoir sa sentence en août prochain, soit près de quatre ans après le dépôt initial des accusations. Reconnu coupable en décembre 2020, il a cependant décidé de porter sa cause en appel.

Les deux victimes de Maurice Nadeau, accusé depuis novembre 2017 et reconnu coupable en décembre 2020 de 10 chefs d’infractions sexuelles, devront encore patienter avant de connaître sa sentence. De plus, l’accusé, qui continue à nier les faits, devrait porter sa cause en appel.

Le 28 avril 2021, Nadeau, qui approche les 70 ans, était présent au Palais de justice de Rouyn-Noranda pour assister aux représentations sur sentence. Sa nouvelle avocate, Me Noémie Pitre, qui a pris le relais de Me Claude Bédard depuis le 12 avril seulement, a cependant demandé à la juge Marie-Claude Bélanger de reporter l’audience à une date ultérieure, étant donné qu’elle n’avait pas encore reçu la preuve pour en prendre connaissance.

«C’est un dossier qui dure depuis très longtemps, mais comme la preuve est volumineuse, je n’ai pas d’autre choix que de reporter la séance. Je vous préviens cependant qu’il n’y aura plus de remise dans ce dossier», a indiqué la magistrate. La nouvelle audience pour les représentations sur sentence a donc été planifiée pour le 26 août 2021, la date la plus proche à laquelle la juge Bélanger était disponible.

Par ailleurs, Nadeau devrait porter sa cause en appel. Sa requête n’a toutefois pas encore été entendue par la Cour d’appel du Québec.

Contacts sexuels et exhibitionnisme

Le 28 novembre 2017, Maurice Nadeau, qui était alors âgé de 63 ans, avait été arrêté par la Sûreté du Québec sur les lieux de son travail. Il avait comparu le lendemain au Palais de justice de Rouyn-Noranda pour y être accusé de 16 chefs d’infractions sexuelles diverses à l’endroit de deux victimes qui étaient âgées de moins de 14 ans au moment des faits.

Dans le cas de la première victime, Nadeau faisait face à trois chefs de contacts sexuels, trois chefs d’incitation à des contacts sexuels et un chef d’agression sexuelle commis entre le 24 août 2003 et le 23 août 2011. Pour la deuxième victime, l’acte d’accusation mentionnait deux chefs de contacts sexuels, deux chefs d’incitation à des contacts sexuels et un chef d’agression sexuelle commis entre le 1er octobre 2009 et le 30 septembre 2010. Enfin, quatre chefs d’exhibitionnisme à l’endroit des deux victimes avaient été déposés contre Nadeau pour des gestes posés entre le 15 avril 2011 et le 30 décembre 2016.

Après de nombreux reports et procédures, Maurice Nadeau, qui a toujours nié les faits, a subi son procès en juin 2020. Celui-ci devait durer deux jours, mais comme l’accusé n’avait pas eu le temps de témoigner, une autre audience avait eu lieu en octobre 2020.

Coupable de 10 des 16 chefs

Puis, le 18 décembre 2020, Nadeau, qui avait toujours nié les faits qui lui étaient reprochés, a été reconnu coupable par la juge Marie-Claude Bélanger de 10 des 16 chefs qui pesaient contre lui. La magistrate l’a acquitté de quatre des cinq chefs d’incitation à des contacts sexuels, étant donné qu’il n’avait pas été possible d’établir à quel moment exactement les gestes auraient été posés, et des deux chefs d’agression sexuelle.

L’audience pour les représentations sur sentence avait alors été fixée au 28 avril 2021. La procureure de la Couronne, Me Émilie Larose, avait demandé la réalisation d’un rapport présentenciel. Elle avait aussi proposé une évaluation psychosexuelle, mais la juge Bélanger avait rejeté cette requête, faisant valoir que la constante négation des faits par l’accusé et son refus de s’impliquer dans une telle démarche aurait rendu l’exercice inutile.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média