Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

29 avril 2021

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

L’Abitibi-Témiscamingue en zone jaune d’ici deux semaines?

Le CISSS-AT veut éviter les erreurs des autres régions

Carte palier COVID-19

©Capture d'écran

L’Abitibi-Témiscamingue pourrait rejoindre le Nord-du-Québec prochainement dans les régions situées en palier d’alerte jaune.

Avec le faible nombre de cas de COVID-19 enregistrés dans les derniers jours dans la région, la possibilité de voir l’Abitibi-Témiscamingue descendre au palier jaune est de plus en plus plausible. Toutefois, le CISSSAT veut attendre encore, au minimum, deux semaines avant de passer à l’action.

Avec seulement huit nouveaux cas et aucune hospitalisation enregistrés au cours des sept derniers jours, les nouvelles sont encourageantes pour un éventuel relâchement des mesures sanitaires. Or, le CISSS-AT souhaite que la région demeure sous la barre des cinq cas par jour, elle qui devra composer bientôt avec, entre autres, le retour des étudiants qui arrivent de partout au Québec.

De plus, la Santé publique régionale veut éviter les mêmes erreurs qui ont conduit à une recrudescence des cas dans les régions de la Gaspésie – Îles-de-la-Madeleine et de la Côte-Nord. Cette dernière est même revenue en zone orange, quelques jours après la baisse de palier au jaune.

«La semaine qui vient de se terminer, c’est certainement la première où on peut dire qu’on a un très bon contrôle. On doit apprendre de nos voisins, car chaque fois qu’on a réussi à baisser le nombre de cas, il y a une éclosion peu de temps après. On a travaillé fort en février et en mars, mais il y a eu une augmentation en avril. Il va falloir que l’on continue à travailler fort pour s’assurer que si on descend de palier, ce n’est pas pour changer tout de suite après», a expliqué la médecin-conseil en santé publique, Dre Omobola Sobanjo, lors du point de presse hebdomadaire du CISSS-AT.

«On demande habituellement une période de stabilité d’un mois avant de changer de palier. C’est aussi pour ça qu’on attend encore deux semaines», a complété la directrice de la Santé publique régionale, Dre Lyse Landry.

Tableau état des cas de COVID-19

©Capture d'écran

Un graphique qui montre la montée hebdomadaire des cas de COVID-19 en Abitibi-Témiscamingue, sur la Côte-Nord et en Gaspésie – Îles-de-la-Madeleine. La flèche rouge correspond au passage des deux régions en zone jaune.

État de la vaccination

L’Abitibi-Témiscamingue se rapproche de la marque des 30% de la population qui ont reçu une première dose, alors que 45 201 personnes (29,6%) ont obtenu un premier vaccin, en date de jeudi. Malgré une augmentation de 3,6% par rapport à la semaine dernière, la région demeure encore en retard par rapport à la moyenne provinciale, qui tourne autour de 35%.

Par ailleurs, 6800 doses supplémentaires du vaccin Moderna seront livrées pour la semaine du 10 mai, ce qui portera le nombre total à 14 990. De plus, 9360 et 8190 doses de Pfizer sont prévues pour les semaines du 31 mai et 7 juin respectivement.

Avec les nouvelles livraisons de vaccins et l’ouverture de la vaccination de masse confirmée aujourd'hui (jeudi) par le gouvernement provincial, le CISSS-AT demeure optimiste que le rythme va s’accélérer prochainement. Dès le 30 avril, les gens de 50 à 59 ans pourront prendre un rendez-vous pour se faire vacciner.

La directrice régionale de la campagne de vaccination, Katia Châteauvert, assure que la quantité de plages horaire est assez grande pour éviter un trop long délai entre la prise de rendez-vous et le rendez-vous lui-même.

«Il y aura des plages qui vont s’ouvrir dès cette fin de semaine pour les gens concernés. On est très contents que l’ouverture se fasse dès demain (vendredi) pour les 50-59 ans. D'autres seront disponibles pour l’ensemble du mois de mai. On va en ajouter avec les arrivages de nouveaux vaccins à la fin du mois», a affirmé Mme Châteauvert.

De plus, l’échéancier pour la deuxième dose chez les résidents des différents CHSLD régionaux a été devancé. Le CISSS-AT prévoit que cette tranche de la population aura terminé sa vaccination d’ici le 5 mai.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média