Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

LHJMQ

Retour

09 mai 2021

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

«L’aide gouvernementale nous a permis de faire une saison» - Gilles Bérubé

Sans la subvention de Québec, les Huskies n’auraient pas joué au hockey

Huskies Rouyn-Noranda Gilles Bérubé Jacques Blais Brad Yetman

©Jean-François Vachon - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Le directeur administratif des Huskies, Gilles Bérubé, le président de l’équipe, Jacques Blais, et leur entraîneur-chef, Brad Yetman, ont fait le bilan d’une année en montagnes russes.

Si les Huskies ont été l’équipe ayant disputé le plus de matchs en saison régulière dans la LHJMQ, elle le doit d’abord et surtout au groupe de propriétaires mené par Jacques Blais et à l’aide gouvernementale reçue de Québec. 

«L’aide nous a permis de faire une saison. Sans ça, on n’aurait pas eu de hockey. On aurait fait comme l’Ontario et l’Ouest. Ça nous a permis d’être le club qui a joué le plus de matchs», a indiqué le directeur administratif de l’équipe, Gilles Bérubé. 

Le président de l’équipe, Jacques Blais, a aussi souligné le leadership du commissaire de la LHJMQ, Gilles Courteau. «On a une bonne ligue. Gilles Courteau a réussi un tour de force en convainquant le gouvernement de nous donner une subvention. Sans cela, il y a de petits marchés qui auraient fait faillite», a lancé Jacques Blais. 

Gilles Bérubé a aussi profité de ce moment pour remercier les familles de pension de l’équipe. «Elles ont vraiment été incroyables. On est une des seules équipes à n’avoir enregistré aucun cas de COVID-19 durant toute la saison. C’est un exploit. Il y aussi une question de chance, mais les familles ont suivi le protocole. Elles ont vécu des changements d’horaire et ce ne fut pas une année facile pour elles», a-t-il soutenu. 

À Rouyn-Noranda pour y rester 

La saison 2020-2021 n’a pas été une année où les revenus ont été très élevés. «Pour garder un club à Rouyn-Noranda et le garder en vie, l’argent doit rentrer. On est un groupe de propriétaires qui mettent de l’argent là-dedans et on est tous fiers de garder un club ici», a soutenu Jacques Blais. 

Les entreprises et partenaires de la meute ont ainsi répondu à l’appel. «On veut remercier nos commanditaires. Ils ont cru en nous, et ça nous a permis de jouer, de garder quelques employés hors hockey et de les faire travailler», a souligné Gilles Bérubé. 

Le président des Huskies a aussi rassuré les partisans: la meute est à Rouyn-Noranda pour y rester. «Il n’y aura jamais un doute que l’équipe a une possibilité de partir. La Ville nous donne de belles conditions. Si jamais quelque chose arrivait, on irait s’asseoir et s’ajuster. Les hommes d’affaires de Rouyn-Noranda sont mobilisés. On l’a vu avec l’agrandissement de notre aréna», a-t-il évoqué. 

Innové 

Le directeur administratif de l’équipe a aussi dressé le bilan des assistances à la blague. «Au niveau des assistances, on peut vous dire qu’il n’y a pas eu d’augmentation. En fait, elles ont été de zéro», a signalé Gilles Bérubé, sourire en coin. 

Néanmoins, l’équipe a innové sur plusieurs plans. Grande bannière aux couleurs de partenaires, partisans en carton, la meute a tenté de trouver des façons de donner une impression d’un aréna rempli. «On a offert une des meilleures présentations sur la webdiffusion de la LHJMQ. Nos réseaux sociaux ont aussi affiché une augmentation de leur achalandage», a-t-il expliqué. 

Des partisans en octobre? 

Le directeur administratif des Huskies a déjà commencé à préparer la prochaine saison. «On a hâte de ramener des gens dans l’aréna. On travaille sur des idées, des concepts en vue de l’année prochaine», a-t-il lancé. 

Des partisans? En octobre? «On pense, oui, qu’il y aurait un début de saison en octobre avec des partisans. On aligne nos choses sur ça. Ça peut changer, ça change à tous les mois. On l’a vu cette saison, où l’on pensait jouer quelque part le lundi et on finissait par jouer ailleurs», a répondu du tac au tac Gilles Bérubé.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média