Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

11 mai 2021

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

Complexe multisport: quand?

Avec la construction du complexe aquatique, le besoin demeure

Complexe sportif rouyn-noranda boréal

©Photo gracieuseté

Le club de soccer Boréal avait présenté en 2013 les plans d’un complexe comportant une surface synthétique. Le projet était évalué à 10 millions de dollars.

En obtenant le financement pour la construction de son complexe aquatique, Rouyn-Noranda fait un pas de l’avant. Par contre, le besoin d’un complexe multisport demeure.

Idéalisé et présenté en 2013 par le club de soccer Boréal de Rouyn-Noranda, le complexe multisport doté d’une surface de gazon synthétique intérieur reste encore un besoin. «On est vraiment très heureux de cette annonce. Comme organisme et même comme citoyen, on avait appuyé ce projet. Mais il ne faut pas attendre maintenant. Il est temps d’enclencher le prochain projet. Et on espère que ce soit un complexe intérieur doté d’une surface synthétique de bonne dimension qui va satisfaire tous les sports extérieurs qui ont besoin de cette surface», a souligné le président du conseil d’administration du club de soccer Boréal, Sylvain Dallaire.

Le Boréal demeure sur sa faim. «Ça fait 15 ans qu’on a identifié un besoin qui est maintenant criant aujourd’hui. Je suis conscient qu’il y a des étapes à suivre. Je sais que les responsables à la Ville connaissent le problème et le besoin. Sauf qu’on trouve toujours de l’argent pour investir dans les arénas, alors qu’ailleurs, ça prend toujours du temps. On a laissé aller nos piscines et on ne s’est retrouvé avec aucune piscine et on a été pris à devoir faire un choix», a-t-il indiqué.

«En même temps, je suis quasiment heureux qu’on ait scindé le projet en deux parce que le complexe multisport proposé ne répondait pas à nos besoins en termes de surface. C’était mieux que rien, mais on a besoin d’une surface à 11 contre 11, pas 9 contre 9», a-t-il ajouté.

Ce dernier rappelle qu’une surface synthétique permet de répondre aux besoins de nombreux sports. «Tous les sports hors gymnase pourraient en profiter, que ce soit le football, le golf, le rugby, le baseball, etc. en période hivernale. Il y a aussi 800 adultes qui jouent au soccer mixte 12 mois par année», a-t-il signalé.

Une étape à la fois

Du côté de la Ville de Rouyn-Noranda, la mairesse Diane Dallaire a fait valoir que le projet de complexe aquatique était un premier jalon. «On connait les besoins que nous avons en termes de plateaux sportifs et de terrains extérieurs. On sait qu’ils sont grands et que, malgré la construction du complexe aquatique, ils le resteront. Ça reste une étape majeure», a-t-elle soutenu.

Elle ne voulait pas vraiment aborder le sujet de la suite des choses. «On va commencer par aller en appel d’offres. Il est encore trop tôt pour parler de la suite des choses, mais on entend les priorités des gens», a-t-elle confié.

«Il ne faut pas oublier les milieux ruraux. On a de grands besoins là aussi. On ne peut pas juste penser au centre urbain», a-t-elle ajouté.

Néanmoins, le projet de complexe aquatique a démontré que la mobilisation est une donnée importante. «De plus en plus de projets d’envergure ont besoin de l’appui du milieu pour réussir. Dans le cas du complexe aquatique, on avait l’appui de nombreux citoyens et de Yamana Gold. C’est en travaillant ensemble, avec le milieu, qu’on va réussir à développer ce genre de projets», a évoqué la mairesse.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média