Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

12 mai 2021

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

Le CISSS-AT lance un guide sur les droits des patients

CISSS Abitibi-Témiscamingue bureaux

©Patrick Rodrigue - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Le Centre intégré de santé et des services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue dénombre entre 270 et 280 plaintes de patients, chaque année.

SANTÉ - Avec la centralisation des services de santé effectuée dans les dernières années, le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) a lancé, mercredi, son nouveau guide régional pour faire connaître les droits des usagers.

Inspiré des anciennes versions distribuées dans les différents hôpitaux et d’encadrements légaux, ce nouveau document contient une liste de 16 droits, en plus des responsabilités que chaque patient doit respecter. Cette nouvelle édition sera la même pour tous les établissements regroupés dans le giron du CISSS-AT.

Avec la pandémie, certains de ces droits, comme celui de pouvoir être accompagné dans une salle d’examen, ont été difficiles à faire respecter à cause des mesures sanitaires en place.

«Il était important qu’on s’assure que nos usagers, qu’ils soient d’Amos, de Ville-Marie, de La Sarre ou de Rouyn-Noranda, puissent avoir le même langage quand on va devoir leur parler», explique la présidente du comité des usagers du CISSS-AT, Claudette Carignan.

Avec cet outil, le CISSS-AT croit pouvoir mieux renseigner la population, pour ainsi mieux utiliser le département des plaintes de ses établissements de santé et d’améliorer leurs services.

«L’année dernière, à la suite d’enquêtes de mon équipe et moi, plus de 430 mesures d’amélioration ont été mises en place, grâce aux plaintes et signalements venant des usagers», souligne la commissaire aux plaintes et à la qualité des services, Julie Lahaie.

«Les établissements et les installations ne peuvent pas se priver de cet apport-là et de toutes ces informations. Autant du côté des comités d’usager que du centre d’assistance aux plaintes, notre mission est de faire connaître le droit de porter plainte», ajoute-t-elle.

Une campagne de sensibilisation

En plus de publier ce guide, le CISSS-AT a profité de la conférence de presse pour dévoiler une campagne de sensibilisation visant à encourager les gens à faire part de leurs insatisfactions concernant les soins obtenus dans les hôpitaux ou autres institutions de santé.

Conçue à l’aide de trois capsules vidéo qui seront diffusées sur diverses plateformes, cette initiative vient compenser la diminution de la présence de l’organisme sur le terrain à cause de la présente pandémie. Les créateurs assurent que cette idée ne vient pas d’une fluctuation soudaine du nombre de constats.

«Il fallait trouver des moyens d’innover pour faire nos promotions. Il y en a déjà eu dans le passé. On s’est dit que c’était un bon moment, car on n’a pas pu en faire l’année dernière. Plus souvent, nos promotions sont sur le terrain. On voulait sortir un peu plus au niveau de la télé et des médias sociaux», indique Mme Lahaie.

Pour l’ensemble du territoire couvert par le CISSS-AT, entre 270 et 280 plaintes sont formulées chaque année.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média