Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

25 mai 2021

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

«C’est le village qui m’a vu naître!»

De l’importance de «Vivre et vieillir ensemble dans nos quartiers ruraux»!

Ainés

©Photo Hebdo Rive Nord-archives

Le maintien des aînés dans le milieu où ils ont vécu toute leur vie est un enjeu important, auquel il faut trouver des solutions, à Rouyn-Noranda.

«C’est le village qui m’a vu naître, j’ai des racines quand même profondes, sentimentales […]. Pour moi, c’est vraiment chez nous», a confié un participant dans le cadre du projet de recherche «Vivre et vieillir ensemble dans nos quartiers ruraux», mené par le Centre d’action bénévole de Rouyn-Noranda (CAB-RN), en collaboration avec les membres de la Table des ainés de Rouyn-Noranda. Le rapport a finalement été déposé le 21 mai après un an et demi de travaux.

Le rapport remet en lumière les différents enjeux auxquels sont confrontés les quartiers ruraux de Rouyn-Noranda et plus particulièrement les aînés qui y résident. On y découvre la profonde volonté des aînés de demeurer dans leurs quartiers d’appartenance, alors qu’ils sont confrontés à de nombreux défis. 

La dévitalisation des quartiers, l’isolement, l’accès aux services, le transport et les télécommunications sont des enjeux connus pour lesquels les différents niveaux de gouvernement tardent à proposer des solutions concrètes. 

Bâtisseurs 

Pendant ce temps, les aînés résidant en milieux ruraux, qui ont encore la mémoire d’un pays jeune, qui ont participé à le défricher avec leurs pères et mères et qui ont assisté aux différents changements sociétaux, se retrouvent aujourd’hui devant le choix déchirant de quitter leur maison pour migrer vers la ville et ses services en raison de leur perte d’autonomie. 

«J'ai dit dans les années à venir si chu pu capable de conduire mon char pis j'ai d'la misère avec ma santé, y peut y avoir une pancarte "Maison à vendre" pis s'en aller en ville», a confié un autre participant. 

«La santé est un des aspects primordiaux. Tant que les gens demeurent en santé et qu’ils ont accès aux services de santé, ils vont pouvoir demeurer dans leur milieu», a confirmé Kathleen Baldwin, chargée de projet au CAB-RN, qui a déploré la difficulté d’accès aux services de santé pour les personnes aux prises avec des incapacités en milieu rural. 

Pistes de solutions 

Différentes pistes de solution sont proposées par les aînés: service de livraison sur l’ensemble du territoire (épicerie, médicaments, repas préparés, etc.), service d’aide pour la préparation des repas ou organisation de groupes d’entraide grâce aux médias sociaux. 

La présence d’un dépanneur ou d’une petite épicerie fait donc toute la différence dans ces milieux, mais les prix ne sont pas toujours assez compétitifs pour une partie de la clientèle, qui s’approvisionne aussi ailleurs, fragilisant ainsi ces petits commerces. 

Léandre Lahaie, de la Bastide des aînés de Beaudry, considère que la situation a été créée par les décideurs au fil du temps. «La situation dans les quartiers ruraux fait partie de l’histoire et c’est à la municipalité, aux organismes communautaires, au CISSSAT et aux autres à revoir leurs façons d’organiser les services. Maintenant, qu’est qu’on peut faire ensemble pour y remédier au profit des aînés?», questionne-t-il. 

Les membres du Comité espère qu'un mouvement de mobilisation verra le jour dans le but de mettre en place des solutions.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média