Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Sports

Retour

27 mai 2021

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

Les Tigres infligent une première défaite en série aux Foreurs

La séquence historique s’arrête à 17 victoires de suite

Tigres Victoriaville - Foreurs Val-d'Or

©Jonathan Roy/LHJMQ

Vincent Sévigny (en blanc) dévie une passe d'Alex Beaucage pour faire 2-1 Victoriaville.

HOCKEY JUNIOR - Ils sont peut-être vus comme les négligés, mais les Tigres de Victoriaville ne sont pas venus en finale en tant que touristes. Les hommes de Carl Mallette ont mis fin à la séquence de 17 victoires de suite des Foreurs, grâce à un gain de 3-2, jeudi soir, lors du match #1 de la finale de la Coupe du Président.

Ceux qui pensaient que ça allait être une finale facile pour le vert et or ont déchanté assez rapidement. Pour la première fois des éliminatoires, les hommes de Daniel Renaud ont eu la broue dans le toupet, surtout pendant la deuxième moitié de la rencontre.

Alors que le pointage était à un partout, une remise dans l’enclave d’Alex Beaucage a trouvé le bâton de Vincent Sévigny (4), qui a fait dévier le disque derrière Jonathan Lemieux avec 1:53 à faire au temps réglementaire.

Benjamin Tardif (9,10) croyait avoir scellé l’issue de la rencontre dans un filet désert pour son second but de la soirée, mais Samuel Poulin (10) a redonné vie aux siens pendant que Val-d’Or évoluait à six joueurs. Toutefois, le temps a manqué pour Daniel Renaud et ses hommes.

«On a quand même fait beaucoup de bonnes choses. Au niveau de la discipline, je n’ai rien à reprocher à notre groupe. On a fini la soirée avec 34 lancers, 13 occasions de marquer et un bon nombre de mises en échec. Ç’a été une bonne partie de hockey et il va y avoir 2000 personnes qui vont pouvoir voir ça, samedi», souligne Daniel Renaud.

En plus de se passer de Jacob Gaucher, qui purgeait son dernier match de suspension, Val-d’Or a dû composer sans Justin Robidas.

Le pilote des Foreurs n’a pas voulu commenter les raisons entourant l’absence de l’attaquant de 17 ans, mais était convaincu de le revoir lors du second duel de samedi.

«C’est certain que ce sont des individus qui nous manquaient dans l’alignement. Ils sont énormément appréciés. En même temps, je préfère me concentrer sur les 20 joueurs qui portent le chandail. On n’a juste pas réussi à faire ce qu’on avait à faire pendant 60 minutes pour aller chercher la victoire».

Scène inquiétante

Le rythme du début de match est vite passé d’excitant à complètement silencieux pendant quelques minutes. Peu de temps après que Jakob Pelletier (4) ait ouvert la marque dès la 91e seconde de jeu, un contact, anodin à première vue, entre Samuel Poulin et Jérémy Michaud a blessé sérieusement ce dernier. Après avoir chuté, le joueur des Tigres est entré en collision de manière parallèle à la rampe.

Après plusieurs minutes sans bouger, le joueur des Tigres a été transporté hors de la surface de jeu à l’aide d’une civière. Amené à l’hôpital, Michaud se portait bien et était évalué par les médecins, selon le compte Twitter de l’équipe.

Malgré cette perte, les Victoriavillois ont réussi à se rallier pour reprendre du tempo et pour prendre le contrôle de la rencontre. Ces derniers ont surtout eu un regain d’énergie par l’entremise de Benjamin Tardif, qui a bloqué un tir en désavantage numérique avant de se présenter seul devant le gardien des Foreurs.

Le joueur de 20 n’allait pas manquer une telle occasion et a nivelé la marque à 1-1 avec 20 secondes à faire à l’engagement médian.

«Avant que ça arrive, les Foreurs étaient seuls sur la patinoire. On les regardait jouer. Veut, veut pas, c’est un peu comme la blessure de John Tavares. L’incident n’est pas pareil, mais quand tu vois un joueur allongé comme ça sur la patinoire et sur une civière, ç'a un peu détruit émotionnellement notre club. On s’est regroupé et on a joué pour lui», n’a pas caché l’entraîneur-chef des Tigres, Carl Mallette, qui n’avait aucun détail concernant le type et la gravité de la blessure de Jérémy Michaud.

«Est-ce que ç’a changé quelque chose pour nous? Oui et non. Je dirais qu’on n’a pas fait les petits détails comme on faisait avant», résume pour sa part Jakob Pelletier.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média