Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Environnement

Retour

31 mai 2021

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Dernière étape vers un «mur vert» à la Fonderie Horne

Les aménagements devraient commencer à être construits en 2022

Horne_mur_vert

©Glencore Canada Fonderie Horne

La démolition des maisons se poursuit en vue de l’aménagement d’une zone de transition entre la Fonderie Horne et le Vieux-Noranda.

Il ne reste que deux maisons à démolir sur les seize prévues afin de libérer l’espace requis pour que la Fonderie Horne puisse aménager une zone de transition entre son usine et le quartier du Vieux-Noranda.

Cette mesure fait partie du plan d’action destiné à réduire les émissions atmosphériques et diminuer l’exposition à la population des alentours. Lorsque les deux dernières résidences auront été démolies, la Fonderie Horne procédera alors à l’ingénierie de base du projet. Cette étape devrait avoir été complétée d’ici la fin de 2021. Par la suite, il y aura construction d’un mur-écran, mise en place d’une voie de circulation au sud de celui-ci et aménagement de zones de stationnement. La station légale de mesure des émissions atmosphériques sera également relocalisée.

Velox prêt à être mis à l’essai pendant un an

La Fonderie Horne a aussi complété en avril la construction de l’usine pilote du projet Velox, qui doit mener à remplacer plusieurs vaisseaux métallurgiques dans les secteurs des convertisseurs et des fournaises à anodes. Celle-ci devrait être mise en service en juin. «C’est à ce moment que seront testés les mouvements d’équipements, les séquences et les contrôles du procédé», a précisé la Fonderie Horne.

L’usine pilote devrait par la suite fonctionner pendant environ une année. Si les résultats sont concluants, le système devrait être officiellement considéré comme pleinement opérationnel en 2024. Le nombre de manipulations passerait alors de six à deux, réduisant d’autant les occasions d’émettre des gaz et des poussières dans l’atmosphère. La Fonderie Horne estime qu’elle serait ainsi en mesure de réduire de plus de 20 % ses émissions actuelles d’arsenic.

Captation des gaz concluante

Par ailleurs, après six mois d’essais, le projet de captation des gaz au réacteur a apporté des résultats correspondant aux attentes de la Fonderie Horne. Certains paramètres, dont la durée de vie des cartouches, sont cependant toujours en cours. En fonction des résultats finaux, la Fonderie Horne déterminera si une stratégie à plus grande échelle vaudra la peine d’être déployée.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média