Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

06 juin 2021

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

International Consolidated Uranium rachète le projet Matoush

Après ses échecs judiciaires, Ressources Strateco lance la serviette

Strateco_camp_Matoush_airs

©Ressources Strateco - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

International Consolidated Uranium, une compagnie de Vancouver, a acquis le projet Matoush de Ressources Strateco, situé dans les monts Otish.

Ancienne étoile du Plan Nord avec son projet d’uranium Matoush situé dans les monts Otish à la Baie-James, la société québécoise Ressources Strateco a finalement lancé la serviette. L’entreprise l’a vendu le 12 mai à International Consolidated Uranium, une compagnie de Vancouver. 

La transaction rapportera 3 M $, auxquels s’ajoutent 3 M $ en émissions d’actions. 

Le projet Matoush est majeur. Les ressources indiquées sont de 12,329 millions de livres d’uranium et les ressources présumées, de 16,44 millions de livres d’uranium. Notons qu’il s’agit de ressources historiques, ayant été annoncées le 7 décembre 2012 par Ressources Strateco. Une mise à jour des ressources n’a pas été produite depuis. 

Démêlées judiciaires  

Ressources Strateco souhaitait lancer, à l’époque, la première mine d’uranium du Québec. En 2013, sous l’impulsion du gouvernement péquiste de Pauline Marois, un moratoire sur l’uranium avait été mis en place. Par la suite, même si elle avait en main son autorisation de la Commission canadienne de sûreté nucléaire, la compagnie québécoise n’avait jamais été en mesure d’obtenir un certificat d’autorisation du ministère de l’Environnement. Celui-ci soutenait que l’acceptation sociale n’avait pas été obtenue. 

À la suite de cela, Ressources Strateco avait poursuivi le gouvernement du Québec pour 192 millions $. En 2017, la Cour supérieure du Québec rendait une décision favorable au gouvernement. Puis, en janvier 2020, la Cour d’appel confirmait le jugement. Les tribunaux avaient jugé que l’absence d’acceptabilité sociale pour refuser d’émettre un certificat d’autorisation était conforme au droit. 

La compagnie a ensuite tenté de porter sa cause au plus haut tribunal du pays, la Cour suprême, mais cette dernière a refusé de l’entendre. 

Cependant, le moratoire sur l’exploitation d’uranium est tombé en même temps que la volonté de Ressources Strateco de porter sa cause devant la Cour suprême, ouvrant ainsi à cette vente à International Consolidated Uranium. 

Les Cris s’opposent au projet 

La Nation Crie de Eeyou Istchee a renouvelé son opposition au projet, qui est situé sur le territoire de chasse de la nation crie de Mistissini et au cœur d’un bassin hydrologique important pour Eeyou Istchee. 

«La Cour supérieure et la Cour d’appel ont confirmé que l’acceptabilité sociale doit être considérée quand vient le temps d’accorder un permis d’exploitation dans Eeyou Istchee. Ce concept a été reconnu comme fondamental pour une relation forte et de nation à nation entre Québec et la Nation crie. Notre priorité demeure de protéger notre environnement et notre mode de vie des risques inacceptables qu’une mine d’uranium présente maintenant et pour les générations futures. Notre position n’a pas changé et ne changera pas», a lancé le Grand Chef Abel Bosum. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média