Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

17 juin 2021

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

Vaccination: les 18-39 ans se font toujours attendre

À l’inverse, les 12-17 ont répondu présent

0321covid

Les 12-17 ans ont répondu présent à la vaccination contrairement aux 18-39 ans.

La région n’a toujours pas atteint le 75 % de la population vaccinée dans toutes les catégories d’âge. Alors que les jeunes de 12-17 ans ont répondu présent, chez les 18-39 ans, il manque encore 3000 personnes pour atteindre ce taux. 

«Selon les questions que nous avons posé, il y a des personnes dans cette tranche d’âge pour qui l’horaire que nous avons ne convient pas. Pour d’autres, ils ont besoin de plus d’informations et qu’elles soient vulgarisées. Certaines autres personnes se demandent à quoi ça se sert parce qu’ils sont en bonne santé», a expliqué la médecin-conseil à la santé publique Dre Omobola Sobanjo. 

«C’est important d’atteindre le 75 % dans chaque catégorie d’âge parce que les groupes qui ne sont pas vaccinés peuvent devenir des incubateurs intéressants pour le virus et amener des éclosions. Se faire vacciner, c’est un geste individuel simple, mais qui a une importance pour la collectivité», a ajouté la directrice de la Santé publique régionale, Dre Lyse Landry. 

Actuellement, 68,4 % de la population a reçu sa 1re dose jusqu’à maintenant alors que 21,4 % de la population a reçu une 2e dose. 

Aide des entreprises 

Le CISSSAT, pour réussir à rejoindre les gens, va faire appel aux entreprises de plus de 20 employés. «On regarde pour donner de l’information ou des affiches pour publiciser la vaccination. Il est aussi possible de regarder pour avoir des cliniques mobiles», a mentionné la responsable de la vaccination, Katia Châteauvert. 

«On veut aller consulter les employeurs pour trouver quelles sont les barrières qui freinent l’accès à la vaccination pour définir la meilleure stratégie», a ajouté Dre Sobanjo.  

Cinq éclosions 

Au niveau des cas, la situation de la région se stabilise. Il y a moins de cas confirmés. «Les derniers cas ne sont pas tous reliés. Il y a encore des cas qui apparaissent et ces personnes les transmettent. Nous avons actuellement cinq éclosions, mais la bonne nouvelle, c’est que les classes et les milieux de garde qui ont été fermés vont pouvoir reprendre leurs activités», a expliqué Dre Sobanjo.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média