Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

19 juin 2021

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

Apprentis spécialisés: un programme qui fait ses preuves en Abitibi-Ouest

Quand l’école marie formation générale et formation professionnelle

CSSLA Apprentis Specialises

©Gracieuseté

Le programme d’Apprentis spécialisés du Centre de services scolaire du Lac-Abitibi a permis de raccrocher des jeunes.

Pour contrer le décrochage de ses élèves, le Centre de services scolaire du Lac-Abitibi (CSSLA) a mis sur pied, il y a quelques années, le programme d’Apprentis spécialisés. Grâce à ce mariage entre la formation générale et la formation professionnelle, le CSSLA a raccroché des jeunes qu’il aurait assurément vu rejoindre la colonne des décrocheurs. 

La directrice générale du CSSLA, Isabelle Godbout, est consciente de l’impact de cette mesure. «Ce programme permet d’élargir la notion de l’école. Certains élèves de la première cohorte nous ont confié qu’ils attendaient juste d’avoir l’âge pour lâcher l’école. Ce programme leur a donné la motivation de continuer», a-t-elle fait valoir. 

Même les parents ont vu un impact. Des jeunes qui ne parlaient pas de l’école étaient devenus passionnés par celle-ci. «On a des parents qui nous disaient à quel point leur jeune avait hâte de venir et qu’ils leur parlaient de ce qu’ils faisaient à l’école. La fréquentation scolaire a été de 100 % et tous les élèves ont terminé leur parcours», a révélé Mme Godbout. 

Un parcours spécial 

La clé du programme Apprentis spécialisés est bien simple: il s’agit du mariage des matières générales comme le français, l’anglais et les mathématiques à des modules de formation professionnelle. «La moitié du temps, les participants vont donc suivre des cours du parcours régulier, du français, des mathématiques, de l’anglais, mais vraiment adaptés à la formation professionnelle qu’ils suivent. Il y a des liens entre ce qui est fait en français et ce qui est fait dans leur module de formation professionnelle», a expliqué Isabelle Godbout. 

«Ça leur permet de faire du sens. Et on utilise de vrais modules, ce qui est fait en sorte que s’ils décident de joindre un programme de formation professionnelle, ils vont avoir déjà réussi des modules. Ce sera reconnu et crédité», a-t-elle ajouté. 

Et les sujets sont variés: construction, soudage, mécanique, véhicules lourds, santé et sécurité. «On leur donne des formations pour aller chercher des cartes de santé et sécurité au travail pour travailler sur des chantiers de construction. Leur cours de conduite fait aussi partie du module. Il y a également quelques modules sur la conduite de camions lourds, où ils utilisent les simulateurs de conduite», a soutenu la directrice générale du CSSLA. 

«Les élèves vont aussi faire des stages rémunérées en entreprise, a-t-elle enchaîné. Il y en a même qui sont recrutés après. Mieux encore, certains employeurs ont décidé de les embaucher après le programme et payer leur formation en soudage.» 

Bien réfléchi 

Ce programme a notamment été créé pour répondre aux besoins d’une clientèle aux besoins différents. «Le programme a été créé après une réflexion avec les directions. On avait des élèves de 14 à 17 ans qui n’avaient pas la motivation pour réussir et qui, dans leur esprit, était déjà des décrocheurs. Tout ce qu’on avait tenté pour les faire réussir n’avait pas rencontré de succès», a confié Mme Godbout. 

«Avec notre plan d’engagement à la réussite, on est arrivés avec une solution pour répondre à leurs besoins, a-t-elle fait valoir. L’objectif était de les qualifier, de leur donner des outils pour arriver sur le marché du travail. On voulait qu’ils obtiennent leur diplôme d’études secondaires.» 

Une dizaine d’élèves par année sont recrutés pour ce programme. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média