Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

23 juin 2021

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

CSSRN: la surveillance sur l’heure du dîner augmentera de 65 $

Le coût pour la surveillance passe de 1,81 $ à 2,17 $ par jour

CSRN_ecole_NDG

©Patrick Rodrigue - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Plusieurs modifications seront apportées dès l’automne aux services offerts aux élèves des différentes écoles du CSSRN pendant l’heure du dîner.

La surveillance sur l’heure du dîner au Centre de services scolaire de Rouyn-Noranda (CSSRN) étant toujours déficitaire, l’organisation a pris la décision d’augmenter le coût de 1,81 $ à 2,17 $, ce qui se traduit par une hausse de 65$ pour une année scolaire de 180 jours dès l’an prochain pour les élèves du primaire. 

La directrice des services éducatifs du CSSRN, Anne-Frédérique Karsenti, a mentionné que le déficit, pour l’année 2018-2019, était de 44 000 $. «On a utilisé les données financières de l’année 2018-2019 pour notre analyse. On ne trouvait pas juste d’utiliser les chiffres des années où la pandémie a frappé», a-t-elle expliqué. 

L’augmentation pourrait cependant être moindre que 65 $, notamment parce que certaines écoles ont moins de 180 jours d’école en raison des journées de concentration. 

Notons qu’une analyse du même type aura lieu au cours de la prochaine année pour la surveillance au niveau des élèves du secondaire, ce qui affectera le prix pour l’année scolaire 2022-2023. 

Deux objectifs 

Par cette hausse, le CSSRN prévoit rencontrer deux objectifs. «Premièrement, on souhaite que le service ne soit pas en déficit. On aimerait aussi réduire le ratio, qui est actuellement d’un adulte pour 40 enfants. On trouve que c’est vraiment beaucoup pour une seule personne», a exposé Mme Karsenti. 

Cependant, la hausse actuelle ne comblera pas l’objectif de diminuer le ratio surveillant-enfant. «L’augmentation nous permet de ne pas être déficitaire. Si on avait souhaité plus de ressources, elle aurait dû être plus élevée, mais on ne voulait pas une trop grande augmentation», a fait valoir Anne-Frédérique Karsenti. 

Rappelons qu’en comparaison, le coût du service de garde en milieu scolaire, pour l’heure du dîner, est de 4,65 $ par jour. Cependant, le ratio est aussi d’une personne pour 20 enfants et vient avec d’autres services. 

Un rabais changé 

L’autre changement est la fin de la gratuité du service pour le 3e enfant et les suivants d’une même famille. Ainsi, à partir de l’année scolaire 2021-2022, un rabais de 150 $ sera offert sur le coût de l’élève le plus vieux. Ainsi, pour une famille de quatre enfants, le coût de la surveillance sera réduit de 150 $ pour les deux plus vieux, alors que les deux plus jeunes paieront le plein tarif. 

Le CSSRN n’est pas inquiet que cela se traduise par une incapacité pour certaines familles de s’acquitter de ces frais. «Peu importe les décisions prises, les directions ont toujours le loisir d’offrir ou non le service. Il faut savoir que les écoles connaissent les situations financières de chaque famille. On peut donc assurer que personne ne sera privé du service pour cela. On a toujours une marge de manœuvre», a indiqué le directeur général, Yves Bédard. 

Un dossier qui a de l’histoire 

Il ne s’agit pas de la première fois où le CSSRN s’attaque à la diminution du déficit de son service de surveillance du dîner. «Il y a bien des années, le Conseil des commissaires avait adopté une résolution indiquant que le service de surveillance du dîner ne devait plus être déficitaire. On se devait d’augmenter les coûts jusqu’à ce que le service s’autofinance», a rappelé M. Bédard. 

«Pour des raisons X, Y, Z, on avait cessé les augmentations il y a quelques années, a-t-il enchaîné. Le tarif était donc demeuré inchangé. Avant la fin du mandat du dernier Conseil des commissaires, il avait été demandé d’analyser les services offerts sur l’heure du dîner, autant les services de garde que la surveillance du midi. On souhaitait trouver une façon d’avoir un service unique ou qui se ressemble un peu plus.» 

De plus, le gouvernement devrait présenter l’automne prochain un projet de loi encadrant les frais de surveillance sur l’heure du dîner. Il devrait fixer le taux maximum à 2,75 $ par jour. «À partir du 1er janvier, le tarif sera indexé, a précisé le directeur général du CSSRN. Le projet de loi devait passer durant l’année scolaire, mais il a été reporté à l’automne prochain.» 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média