Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

04 juillet 2021

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

FHEAT: «au-dessus de mes attentes»

Le 1er Festival d’humour émergent de l’Abitibi-Témiscamingue a rempli ses promesses

FHEAT Camille Dallaire

©Jean-François Vachon - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

La présidente du FHEAT, Camille Dallaire, était pleinement satisfaite de cette première édition.

Les mouettes n’étaient pas les seules à se faire entendre cette fin de semaine sur les berges du lac Osisko. Les festivaliers du Festival d’humour émergent de l’Abitibi-Témiscamingue ont offert une bonne compétition grâce à la brochette relevée d’humoristes émergents rassemblée par la présidente Camille Dallaire.

«C’est au-dessus de mes attentes. Pour une première édition, je ne pense pas qu’on aurait pu faire mieux et ça n’aurait pas pu aller mieux que ça», a-t-elle lancé.

«Le public était au rendez-vous, les artistes étaient heureux d’être là. Même Dame Nature a été de notre bord», a-t-elle ajouté.

75 chapeaux

Il faut dire que Camille Dallaire s’est surpassée. Présidente, humoriste, concierge des loges, préposée à l’accueil, elle a multiplié les rôles les uns après les autres. «J’avais 75 chapeaux, mais j’ai eu du plaisir. Il fallait tout gérer. Viser les lettres, placer le monde. Dans une première édition, tu n’as pas le choix de te dédoubler. C’était un peu stressant, mais j’avais confiance dans mes habiletés d’organisatrice. On a quand même préparé ça en six mois», a-t-elle rappelé.

Elle était heureuse de voir les sourires des gens à l’entrée du site. «J’adore accueillir le monde. C’est comme s’il venait chez nous et que j’invitais tout le monde pour le souper. J’étais fière de les inviter chez nous», a-t-elle illustré.

Épaulée par le FME et par différents partenaires lors de cette première mouture du FHEAT qu’elle a tenu à remercier, Camille Dallaire a déjà des idées pour la deuxième édition, mais elle va laisser le temps à la poussière de retomber. «C’est sûr qu’on pense déjà à la prochaine fois, mais l’idéal sera d’avoir une plus grosse équipe. Et plein de personnes se sont proposées pour aider la prochaine édition. Mais, pour le moment, je vais partir en camping à Tadoussac, regarder les baleines et lire des livres», a-t-elle évoqué.

La pire idée

Camille Dallaire a aussi profité du festival pour monter sur scène à deux reprises pour effectuer des numéros. «C’est la pire idée au monde que j’ai eue! Deux minutes avant de monter sur scène, j’avais des appels de la billetterie pour régler quelque chose», s’est-elle exclamée.

«Mais, après coup, j’étais contente de l’avoir fait. Ç’a bien été et ça m’a donné de l’énergie. Ça m’a fait du bien», a-t-elle ajouté.

Il s’agissait d’une première pour elle. «Je n’avais jamais joué devant une foule de la région. J’étais sur scène et je voyais une amie du primaire avec son enfant. C’était weird de reconnaître le monde. J’étais stressée, mais de voir le monde m’a rassuré. De jouer à l’extérieur, ça m’a rassuré», a-t-elle confié.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média