Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

05 juillet 2021

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

Une fin amère et dure à digérer pour Nicolas Roy

Son équipe éliminée en demi-finale par Montréal

Nicolas Roy - Golden Knights Vegas

©gracieuseté - Golden Knights de Vegas

Nicolas Roy a passé proche de jouer en finale de la Coupe Stanley avec les Golden Knights de Vegas.

HOCKEY - Un peu plus d’une semaine après avoir vu son équipe être éliminée au Centre Bell par les Canadiens de Montréal, l’Amossois Nicolas Roy tente toujours de digérer ce revers crève-cœur, qui met de l’ombre sur un beau parcours éliminatoire, au niveau personnel.  

L’ancien produit des Forestiers midget AAA d’Amos se souviendra longtemps de la dernière St-Jean-Baptiste, mais probablement pour les mauvaises raisons. Avec son équipe, les Golden Knights de Vegas, au bord de l’élimination lors de la sixième rencontre, lui et ses coéquipiers ont vu Artturi Lehkonen sceller l’issue de la série demi-finale en surtemps et propulser le CH en finale de la coupe Stanley. 

Une amère déception pour la troupe de Peter DeBoer, qui était encore considérée parmi les favoris pour remporter cette série et la Coupe Stanley au mois de juillet. «En ce moment, la finale est en train de se jouer et on aurait vraiment aimé ça être là. C’est difficile à regarder. Je pense qu’on avait le club pour se donner une chance de remporter la coupe», ne cache pas le #10. 

Même s’il a donné du crédit aux hommes de Dominique Ducharme pour la victoire, Roy ajoute que plusieurs petits détails et le manque d’opportunisme ont eu raison des champions de la division Pacifique.  

«Carey Price a fait un excellent travail. Ils ont joué un style de jeu difficile à affronter. De notre côté, si on regarde nos unités spéciales, ç’a été un gros facteur dans cette série. Chaque match, on a eu beaucoup de chances de marquer, mais on n’arrivait pas à conclure», analyse le joueur de centre de 24 ans. 

Sous les projecteurs 

Même si ce n’est pas le dénouement que souhaitait l’Abitibien, il aura trouvé le moyen de s’illustrer. Un des quatre seuls attaquants des Knights à avoir trouvé le fond du filet durant cette série, Nicolas Roy a ouvert la marque lors du match #3, avant de plonger dans le silence le Centre Bell et les nombreux partisans rassemblés à l’extérieur en marquant le but en prolongation qui permettait à son club d’égaliser la série 2-2.  

Un bonbon pour ce dernier, car étant donné qu’il était considéré comme un visiteur en provenance des États-Unis, il n’a pu voir ses proches en personne. 

«C’était un scénario de rêve. En tant que Québécois, tu rêves de compter contre Montréal, au Centre Bell. Le faire en demi-finale, en prolongation, c’était surréaliste. C’était un très beau moment, vu que j’avais beaucoup de membres de ma famille présents dans les estrades», raconte Roy. 

Vers une nouvelle entente 

Avec la courte saison morte en cours, l’ancien capitaine des Saguenéens de Chicoutimi viendra faire un petit passage dans la région pour s’entraîner. Il profitera des vacances estivales pour être le président d’honneur de l’Omnium Veilleux/Caron/Cobick/Nolet au Club de golf l’Oiselet. Il prévoit également se rendre dans la région du Saguenay – Lac-Saint-Jean pour aller visiter son ancienne famille de pension du temps qu’il évoluait dans la LHJMQ. 

Côté hockey, Roy prévoit tranquillement, mais sûrement, s’asseoir avec son agent, Pat Brisson, afin de négocier un nouveau contrat avec les Golden Knights. En 2021-2022, il écoulera la dernière année de son contrat de deux ans avec la formation du Nevada, qui lui rapporte un salaire annuel de 750 000 $, considéré comme le montant minimum lors de la prochaine campagne. 

«En ce moment, je n’ai pas encore complètement digéré la saison qui vient de se terminer. On dirait que je ne suis pas encore rendu à la prochaine étape. D’ici les prochaines semaines, je vais regarder un peu plus ce qui s’en vient pour l’année prochaine», précise-t-il. 

Ayant prouvé sa valeur chez les Golden Knights, Nicolas Roy devrait obtenir une bonne augmentation de salaire advenant une bonne saison de sa part l’année prochaine. Néanmoins, le principal intéressé ne s’en fait pas là-dessus. «C’est plus en arrière-pensée, lance le hockeyeur. Je ne dirais pas que c’est du stress, mais veux, veux pas, tu y penses quand même», explique-t-il. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média