Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

01 août 2021

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Du nickel à 1 km de la plus vieille mine de nickel du Québec

Class 1 Nickel envisage la relance de l’ancienne mine Marbridge à La Motte

Somanike_mine_Marbridge

©Class 1 Nickel & Technologies

Class 1 Nickel and Technologies envisage une éventuelle relance de l’ancienne mine Marbridge, au nord-ouest de La Motte. En production de 1962 à 1968, elle a été la première mine de nickel exploitée au Québec.

À partir d’un unique trou de forage, Class 1 Nickel and Technologies pourrait bien avoir découvert une nouvelle zone à teneur élevée en nickel à environ 1 km au sud de l’ancienne mine Marbridge à La Motte, la première mine de nickel à avoir été exploitée au Québec, de 1962 à 1968.

Au cours de l’hiver 2021, la société junior torontoise a réalisé 1580 mètres de forage répartis dans six trous sur sa propriété Somanike, qui s’étend de La Motte à Preissac. Cette petite campagne a fait suite à un relevé géomagnétique aéroporté réalisé en 2014.

Si cinq de ces trous n’ont rien rapporté de significatif, le sixième, foré à l’est du lac Croteau, a cependant affiché des teneurs de 0,838 % en nickel sur 4,2 mètres de longueur à environ 50 mètres seulement de la surface, puis de 0,411 % sur 8,2 mètres à une profondeur de 60 mètres. Des concentrations plus élevées de 1,916 % sur 0,8 mètre et de 1,180 % sur 1,7 mètre ont aussi été observées dans ces intervalles. L’analyse a aussi rapporté de petites concentrations en cuivre, en platine, en cobalt et en palladium.

«Il y a également des points intéressants, comme le fait que nous n’avons pas encore foré directement sur le site de l’ancienne mine Marbridge et que nous avons frappé un peu de rhodium [un métal rare notamment utilisé dans les technologies antipollution au sein de l’industrie automobile]», a indiqué le géologue Alexandr Beloborodov, en charge de la campagne d’exploration.

À suivre…

Ce trou de forage a mené à la découverte du nouvel indice de surface Alex. Class 1 Nickel and Technologies y a puisé un échantillon pour analyse et neuf autres ailleurs. Selon la société, cet affleurement rocheux ne semble pas avoir été échantillonné de par le passé, et ce, bien que l’indice Ataman Ouest auquel il est rattaché, situé à 400 mètres à l’est, ait été découvert en 1938.

À la suite de cette découverte, la société junior entend notamment planifier une campagne de forage dans la nouvelle zone et évaluer le secteur de l’ancienne mine Marbridge afin de déterminer la présence d’extensions des zones minéralisées déjà connues.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média