Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

31 août 2021

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

Un premier pas vers la création de places en garderie en région

584 places octroyées dans 8 projets

garderie Mathieu Lacombe

©Jean-François Vachon - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, était présent en région pour annoncer la création de 584 places.

Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, a profité de son passage en région pour annoncer la création de 584 places en garderie d’ici deux ans. S’il sait que cela ne répond pas aux besoins actuels, quelques solutions sont disponibles dès maintenant.

«Je suis conscient du problème de manque de place et d’éducatrices en Abitibi-Témiscamingue. C’est ma job à temps plein de m’en occuper», a lancé d’emblée le ministre de la Famille.

Son collègue et ministre régional, Pierre Dufour, a aussi témoigné de l’effet pervers du manque de place en région. «On l’a vécu récemment à Val-d’Or. Un couple de spécialistes a décidé de ne plus venir habiter en région parce qu’il était incapable de trouver une place en garderie. Le manque de places nuit à la présence humaine sur notre territoire. Ouvrir des places en garderie, c’est une suite logique de notre développement économique», a-t-il soutenu.

Manque de place criant

Selon l’Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue, en 2021, il manquait 900 places en garderie. En 2024, l’organisme régional prévoit que 715 enfants n’auraient pas de place dans les garderies de la région. De plus, toujours selon l’Observatoire, plus de 1 000 enfants de 0 à 5 ans figuraient sur la liste d’attente du guichet «Place 0-5 ans» cette année.

«L’Abitibi-Témiscamingue est un des territoires où les parents ont le plus de difficultés à trouver des places en garderie. On souhaitait créer 508 places en région en 2020. Notre gouvernement a décidé d’accepter tous les projets qui m’ont été recommandés, ce qui représente 8 projets pour 584 places», a d’abord mentionné Mathieu Lacombe.

Il souligne aussi à grand trait que son gouvernement assurera une place pour tous les tout-petits. «Ce n’est pas une prédiction, mais un engagement. On va compléter le réseau de services de garde», a-t-il assuré.

Mais ces places ne répondraient pas aux besoins actuels et futurs de la région selon les chiffres avancés par l'Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue. «Ces places, avec celles qui sont en cours de réalisation, pourraient permettre à la région d’atteindre son équilibre. Si, en septembre, quand on déposera notre plan, si on se rend compte qu’il va encore manquer des places, on va les développer et on va continuer le travail jusqu’à ce que chaque petit ait sa place», a assuré le ministre de la Famille.

Longue attente en vue

Néanmoins, le développement de places et d’infrastructures prend un temps fou. Le CPE Fleur et Miel a mis presque 10 ans avant de voir sa nouvelle installation être construite. «Pour que les projets se réalisent, ça prend de la volonté. Les précédents gouvernements ont demandé aux promoteurs de ralentir leur projet pour atteindre l’équilibre budgétaire. Ils ont doublé les mises de fonds nécessaires. Il y a un contexte. Dès notre arrivée, on a décidé d’aller plus vite. Et on inaugure des garderies», a fait valoir Mathieu Lacombe.

Ce dernier souligne que son gouvernement a réduit aussi le temps entre l’annonce et l’inauguration. «En moyenne, l’ouverture et la construction des nouvelles places prenaient 48 mois. On a réussi à diminuer ce délai à 36 mois. En mettant en place des allégements pour réduire la paperasse et la bureaucratie, on vise maintenant 24 mois», a-t-il soutenu.

Il espère que les parents vont comprendre que les places ne seront pas nécessairement en vigueur rapidement.  «En 1997, quand le réseau des garderies du Québec a été lancé par le gouvernement de Lucien Bouchard, les parents étaient aussi mal pris. Ils ont compris la situation. On est dans une période de transition», a-t-il expliqué.

Néanmoins, des solutions ont été mises sur pied pour permettre l’ouverture plus rapide des places annoncées cette année. «Nous avons permis aux garderies d’ouvrir les places attribuées dans des installations temporaires le temps de la construction des projets. Ce sont des scénarios qui sont explorés pour les projets que nous annonçons. Aucun gouvernement n’y avait pensé avant», a-t-il fait savoir.

«On défonce des portes, on retourne toutes les pierres et on pense en dehors de la boîte pour trouver des solutions», a-t-il ajouté.

8 projets retenus en région

Le ministère de la Famille a retenu huit projets pour un total de 584 places en garderie qui seront créées en région. Si la majorité des projets sont portés par des services de la région, un autre projet est porté par des gens de l’extérieur.

L’entreprise à numéros 9431-7351 Québec inc. a présenté deux projets de 80 places qui ont été retenus, soit un à Rouyn-Noranda et un à Val-d’Or.

Les promoteurs derrière ce projet de garderie sont Ling Bao, Xiang Cao et Véronique Guérette, originaire respectivement de Brossard pour les deux premiers et de Montréal pour la dernière.

L’entreprise à numéros a été constituée le 18 décembre 2020. Dans le Registraire des entreprises, Ling Bao et Xiang Cao sont aussi les actionnaires de la garderie La petite étoile à D’Anjou. Ils se sont portés acquéreurs de celle-ci en 2018.

Un des grands projets de cette nouvelle annonce concerne le CPE La Magie du Rêve de Val-d’Or qui s’est vu octroyer 220 places qui se traduiront par trois nouvelles installations de 80, 75 et 65 places.

À Rouyn-Noranda, le projet de garderie «Les Explorateurs du monde» porté par l’entreprise Adria a reçu la confirmation de l’octroi de 44 places. Le Phénix, Coopérative de solidarité, un projet créé en parallèle par le Vol du Colibri, mais désormais entité distincte, a pour a part obtenu 80 places.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média