Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

05 septembre 2021

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

Le Bloc québécois en mode offensif

Bloc québécois - Yves-François Blanchet

©Pierre-Olivier Poulin - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Les candidats régionaux Sébastien Lemire et Sylvie Bérubé ont accueilli leur chef Yves-François Blanchet, en visite à Val-d'Or

ÉLECTION - Profitant d’un passage en Abitibi-Témiscamingue, le chef bloquiste Yves-François Blanchet s’est arrêté à Val-d’Or, dimanche matin, afin de réitérer sa confiance envers ses candidats et à une victoire de son parti, le 20 septembre.

En mêlée de presse à l’entrée de la Place Agnico Eagle, M. Blanchet a pris le temps de répondre aux questions des journalistes locaux et nationaux, avant de rendre visite aux différents producteurs et commerces qui étaient présents au Marché public de la Vallée-de-l’Or.

Le député de Beloeil-Chambly n’a pas caché ses intentions en vue du reste de la campagne électorale. Son clan sera porté sur l’offensive afin d’acquérir de nouveaux comtés dans la province de Québec, lui qui estime reposer sur des bases solides.

«Chaque jour, depuis 2019, j’ai une liste de circonscriptions en tête pour lesquelles j’ai une attention particulière. Il y a celles qu’on a, bien sûr, mais ce n’est pas une préoccupation importante à l’heure actuelle, quoi qu’en pensent certains analystes…ça ne veut pas dire qu’on ne passe pas à travers celles que nous occupons déjà», admet M. Blanchet, qui vise les comtés de Gaspésie-les-Îles, d’Argenteuil et Saint-Maurice-Champlain, pour n’en nommer que quelques-uns.

Au niveau local, le chef s’est exprimé par rapport à la situation des places en garderie. Il juge que la pression du système de santé québécois fait en sorte que les transferts en santé monopolisent des fonds qui pourraient être utilisés pour des infrastructures, des places en garderie ou de l’équipement pour les écoles.

Concernant le manque d’employés dans les entreprises, il ajoute que l’Abitibi-Témiscamingue a des défis régionaux spécifiques.

«Les salaires élevés dans le secteur minier arrachent beaucoup de main-d’œuvre, souvent jeune et peu scolarisée, laissant des ressources inadéquates pour de plus petites entreprises», pense le politicien.

Confiance partagée

Présents lors de la mêlée de presse, les candidats sortants de la région, Sylvie Bérubé (Abitibi – Baie-James – Nunavik – Eeyou) et Sébastien Lemire (Abitibi-Témiscamingue) ont fait l’état de la campagne électorale jusqu’à maintenant.

À la recherche d’un deuxième mandat au Parlement, le duo a été questionné sur la quantité de candidats dits «fantômes» dans les deux comtés témiscabitibiens.

«En 2019, on a eu une campagne sans pandémie. On est présentement dans une quatrième vague et je ne suis pas surprise qu’il y ait un vent de marée semblable avec des candidats qu’on ne connait pas. Je n’ai aucune crainte à ce niveau», a exprimé Sylvie Bérubé.

«Si l’autobus de campagne n’avait pas débarqué pendant quatre jours, je me serais posé des questions, mais ce n’est pas le cas. Au-delà de ça, c’est une campagne qui se fait sur le terrain. La COVID-19 a rendu ce mandat plus difficile pour les contacts humains. C’est une occasion de rattraper ce temps. J’ai hâte de voir le momentum après la fête du Travail», a ajouté son collègue, Sébastien Lemire.

Selon le site Qc125.com, en date du 4 septembre, le Bloc serait en bonne position pour mettre la main sur la circonscription d’Abitibi-Témiscamingue. La course serait plus serrée dans Abitibi – Baie-James – Nunavik – Eeyou, alors que Lise Kistabish (Parti libéral) chaufferait les arrières de la candidate sortante.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média